APERTO LIBRO NULLA DIES SINE LINEA

APERTO LIBRO NULLA DIES SINE LINEA

Un pas vers soi


Un pas vers soi

Un pas vers soi

La douceur d'aujourd'hui a écrit quelques pages
Il ne me reste plus qu'à les recopier.
Dire les choses avec de l'encre
qui est une chose pareille aux autres :
soumise, éclairante dans la paix du soir.

Vous m'avez offert un bouquet de sept roses,
autant que de jours de la semaine.

Elles brûlent dans l'air limpide.
Elles s'ouvrent dans la chambre profonde comme un ciel.
Avec le soir, elles se referment sur votre absence.

C'est une chose étrange que l'absence.
Elle contient tout autant d'infini que la présence.
J'ai appris cela dans l'attente,
j'ai appris à aimer les heures creuses,
les heures vides :
c'est si beau d'attendre celle que l'on aime.
Il y a le cœur qui gronde, qui cogne de joie.
Et puis il y a les pensées.
Elles sont dépêchées par le cœur,
elles lui reviennent chaque seconde,
comme autant de noires messagères.
Elles disent que l'on espère en vain,
que notre désir s'est perdu et qu'il est déjà bien tard...

Un jour viendra où une main de lumière
heurtera le bois du cœur,
avec une telle insistance
que je ne pourrai faire autrement
que me lever, et ouvrir....

Il n'y a rien dans l'attente,
que la vie seule, nue et pauvre.
Elle ignore la défaite comme le triomphe,
l'amertume comme la puissance.

Elle ne sait que la grâce d'un silence
sur la terre tendre, sous le ciel calme.
Elle nous apprend
que l'amour est impossible et que,
devant l'impossible,
on ne peut réussir ni échouer,
seulement maintenir un désir
assez pur pour n'être défait par rien...

♥ Christian BOBIN - Souveraineté du vide
10352207_408749012610482_7208128059691163616_n.jpg



Trefle-32.png Poésies Trefle-32.png


12/12/2014
0 Poster un commentaire