APERTO LIBRO NULLA DIES SINE LINEA

APERTO LIBRO NULLA DIES SINE LINEA

Se sentir seul et délaissé par son conjoint


Se sentir seul et délaissé par son conjoint

bloggif_57c04f4374cb9.gif

 

 

D'autant plus, si les années de relation sont importantes,

se sentir délaissé, au fil du temps qui passe, fait place

à un immense désert de solitude

vécu comme un terrible voire injuste "subi".

 

Le ressenti d'un manque d'amour de l'autre,

de son attention, de sa distance génèrent également

des sentiments multiples.

 

Un jour, dans la détresse la plus absolue,

on se voit au fond du trou,

être transparent ou comme un meuble,

 et un autre,

l'envie pure et simple, remonté à bloc,

de claquer la porte pour envoyer tout valser,

écrasé sous la chape du silence de la distance.

Le fameux mutisme à l'arrière goût de plomb.

 

Et plus le temps passe, sans pouvoir l'exprimer,

plus cela va s'ancrer et s'intensifier dans des moments

sans parole insidieusement installés.

 

Peu à peu, la distance va alors s'amplifier

et il n'y a rien de pire que de ressentir cette impression

qu'on ne s'intéresse plus à nous, qu'on ne nous voit plus,

que la situation nous échappe complètement.

 

Tout s'embrouille alors dans l'esprit

à y perdre, jour après jour, tous ses repères.

Quelque soit la résistance,

ce silence épuise et abîme.

 

A tel point qu'il peut arriver de douter,

aller jusqu'à se demander si on aime encore l'autre.

 

Parce que l'intimité physique, là aussi, semble endommagée

et la rareté des moments d'être ensemble "juste à deux"

dans la même pièce devient, elle aussi,

de plus en plus rare.

 

 

Se sentir seul et délaissé est en fait

ce qu'on appelle un "abandon émotionnel".

 

Autrement dit, l'autre s'est fermé émotionnellement

face à vous et a cessé, en fait, de s'investir dans la relation.

Ce qui par ricochet donne ce sentiment

de détachement, de désintérêt.

 

L'abandon émotionnel signifie donc mettre de côté

l'attachement qui alimente le lien entre deux personnes.

 

Et le sentiment d'abandon naît d'un besoin de proximité

qui reste dans l'attente parce que non vécu.

 

Il est lié aussi au besoin d'une reconnaissance

de notre existence par un regard, de l'écoute,

de l'intérêt, d'un besoin d'être pris en compte

dans la vie de la personne aimée.

 

Ce qui renforce la souffrance.

Car plus la fuite physique

sera importante et plus l'impact émotionnel

sera conséquent et douloureux.

D'apparence, vous êtes physiquement "en couple"

mais émotionnellement...Non.

 

Sauf qu'à y regarder de plus près,

la relation a déjà entamé une destruction programmée

à défaut de réactivité réciproque et spontanée.

 

Des milliers de couples, mariés ou non, vivent, en réalité,

séparés émotionnellement l'un de l'autre.

 

 

Mais à partir de quand

tout cela est arrivé ?

 

Il est important de déterminer le pourquoi

de cette situation pour en être arrivé à ce constat.

 

Avant d'en déduire des conclusions trop hâtives,

il ne faut pas perdre de vue que des déclencheurs extérieurs

peuvent être à l'origine de cet éloignement.

 

En effet, toute relation peut se fragiliser

lors de périodes de transition

comme une maladie, l'arrivée d'un enfant,

un problème financier ou la perte d'un emploi.

 

Outre ces facteurs extérieurs, d'autres plus profonds

peuvent déclencher une crise et aller jusqu'à remettre

en question la relation aussi solide soit elle.

Exemple : la fameuse crise de la quarantaine.

 

L'origine du problème peut donc être due

à un événement particulier, déclencheur,

voire même soudain au moment

où tout semblait "rouler".

 

Cela peut aussi arriver, petit à petit,

en se laissant envahir par des occupations

(passer des heures sur son ordinateur ou jouer pendant

des heures sur sa console) au point d'en devenir des addictions,

des activités personnelles (sport, bridge et j'en passe)

qui ont, peu à peu, écarter l'autre de notre intérêt

 à tel point qu'on ne le voit plus.

La fameuse occupation "routine" qui dérape dans l'excès,

emmène l'autre sur des chemins dans une dimension

ou un monde imaginaire

qu'il s'en est lui même perdu.

 

Il est fort à parier surtout que ces occupations énergivores

et chronophages soient également un "signal"

pour celui qui subit la distance.

Il traduit en somme que le conjoint se réfugie

dans un monde autre que la réalité

pour y échapper.

 

 

Mais pourquoi ?

La situation est ainsi parce que rien

n'a été résolu en temps voulu.

Une action entraîne toujours une réaction.

Le silence "fermeture" en fait partie.

 

 

 

Mais à l'occasion de quoi ?

 

√ Par exemple, on peut en vouloir à l'autre

parce qu'il nous a blessé.

Qu'il nous a déçu et on ne le digère pas.

Qu'il a eu un méchant regard ou des mots blessants

et on n'arrive pas à passer au dessus.

Et que pour seule solution trouvée,

dans le but de se protéger,

 on se verrouille le cœur pour ne plus souffrir.

Sauf que les conséquences peuvent

sur le temps devenir catastrophiques.

 

 

Ne pas savoir pardonner par orgueil et fierté

ou ne pas savoir se faire pardonner parce qu'on

n'est pas en capacité de dire à l'autre :

 

"Je te demande pardon car

je me rends compte que je t'ai blessé"

 

équivaut à un rejet de la relation.

Tout simplement parce qu'il n'est rien fait pour tenter

une réconciliation et qu'on ne manifeste

surtout aucun désir de la sauver.

 

 

√ On peut considérer également par la distance

que l'autre est comme "acquis" et que tout ce qui a été fait

au début n'est donc plus utile au fil des années.

La conséquence est que l'autre aura pour projection

une image d'elle abîmée, convaincue

de ne plus être convoitée, désirée et aimée.

Bref ne plus être importante aux yeux de l'autre

et peu à peu s'enfermera dans ses propres pensées

dont elle seule détiendra la clé de ce monde

qu'émotionnellement elle va abandonner.

Un bouclier de solitude où les questions en boucle

resteront malheureusement sans réponse

tant que le problème ne sera pas réglé.

 

 

√ On peut également se laisser porter par la relation

et ne plus faire ainsi le moindre effort

laissant l'autre tout tracter.

Il est important de bien traiter l'autre et surtout

de se poser la question de temps en temps !

Ne fais pas à l'autre ce que

tu n'aimerais pas qu'il te fasse...

 

 

√ Le temps consacré à l'autre est lui aussi un facteur

de dégradation dans une relation.

Prendre du temps est un véritable "cadeau d'amour"

à offrir pour l'autre.

Car il ne se reprend jamais.

Le surprendre par des attentions,

des invitations spontanées,

l'appeler pour lui dire "Je t'aime".

 

Personne n'est débordé

au point de sacrifier sa moitié !

Tout est une simple question de priorité.

 

Ainsi, il est primordial de donner du temps à la relation

et de ne surtout pas oublier les petits moments romantiques.

C'est cela qui est important ; les moments de partage

pour alimenter, choyer et entretenir la relation.

La qualité du couple en dépend.

Un repas pris, sur le pouce, sans se regarder

avec pour fond, deux mots échangés superficiels ou gênés,

vont instaurer un climat qui, peu à peu, va conduire

la relation vers une issue fatale.

 

 

√ Il y a également le déni de l'évidence qu'on refuse.

On refuse de le reconnaître, d'admettre ce qui se passe.

Paradoxalement, c'est souvent la personne qui aurait

bien besoin de changer qui refuse de le voir

ou qui édulcore la réalité au point de penser

que cela va s'arranger tout seul !

Trop facile de l'occulter et bien pire,

la version trop lâche ou immature d'y faire face !

 

 

√ Les problèmes "non dits" par peur de les dire

voire peut être même de devoir les redire.

On sait que cela ne va pas, on en est conscient

mais on refuse d'aborder le sujet par peur

de la réaction de l'autre, de la nouvelle dispute.

La relation est alors abandonnée

préférant opter pour le silence

qui semble à priori plus confortable

mais qui sournoisement sera impitoyable

car petit à petit, il la détruit.

 

Alors, reculer ce moment aggrave la situation

puisque cela ne résout rien.

Ainsi, plus on attend et plus le détachement s'instaure,

plus la situation devient compliquée,

angoissante à appréhender.

Et plus l'autre considérera que 

le conjoint s'en fout royalement.

 

 

Bref il est urgent de placer le curseur…

 

Celui de déterminer quel est le problème à régler

et agir en conséquence plutôt que de s'enfermer

et d'opter pour l’isolement par un

"Je refuse de voir ou de savoir".

 

Sans oublier le pathétique jeu du

"œil pour œil",

"dent pour dent"

ou l'oscar sans gloire de la meilleure insulte.

 

Les vilaines paroles dites restent dites

et font énormément de dégâts.

Les mauvaises habitudes s'installent très vite

au point de dépasser tout le monde !

Alors elles doivent cesser pour ne laisser place

qu'à une seule chose : la communication.

 

En premier lieu, il faut donc la rétablir

et surtout apprendre ou réapprendre à écouter l'autre.

Sans jamais perdre de vue que les hommes et les femmes ne communiquent pas de la même façon.

 

La distance est le résultat trop souvent

d'un manque de communication.

Les deux conjoints dans une relation expriment rarement

leurs sentiments de la même manière

alors il faut apprendre la langue que l'autre comprend !

 

 

Mais comment faire ?

 

Pas facile de faire le premier pas quand la peur, la colère,

la frustration ou la blessure tétanisent et règnent en soi.

 

Il faut donc trouver la clé pour instaurer un langage commun

qui permettra l'écoute et l'échange.

 

D'où l'importance à réussir de traduire

ce que l'on ressent réellement mais apprendre

également à se montrer vulnérable.

 

Alors, pourquoi pas, si besoin,

de préparer une lettre ?

 

Elle traduira dans toute son honnêteté vos attentes

vis à vis de l'autre mais également vos failles

que vous vous engagez bien évidemment à travailler.

 

Si vous vous sentez blessé, dites le

mais crevez l’abcès.

 

Il est important d'aborder ce qui est le plus difficile

pour soulager la pression ne serait-ce celle que vous

vous êtes mise et qui, jour après jour, vous est invivable

car elle vous enferme dans un univers où règle le non sens.

 

Vivre dans un tel silence fait énormément de mal

et aura des conséquences à plus ou moins brève échéance.

 

En arriver à redouter le face à face devant cet autre

que vous aviez pourtant choisi par amour

et qui devient une terre hostile voire totalement étrangère…

 

Il est donc surtout essentiel que cette lettre

(ou la discussion) reflète un désir de réconciliation.

 

Chacun doit y trouver une réponse,

une amorce personnelle 

pour retrouver un début d'équilibre.

 

Et n'oubliez surtout pas de dire si vous sentez que

la discussion dérape malheureusement vers une dispute :

"Je vois où tu veux en venir"

pour faire une pause et dans la foulée

de s'engager pour en reparler très prochainement.

 

La fameuse phrase tampon qui permet de calmer,

canaliser tout débordement sans aucun jugement.

 

 

Il faut savoir aussi se remettre

en question spontanément.

 

Si l'autre nous fuit, a instauré une distance, c'est peut être

aussi du fait de quelque chose de notre côté.

 

Savoir reconnaître ses erreurs, ses actes

et enlever ses œillères de fierté est un acte assumé.

 

On en revient à ce qui a été dit plus haut

"Le savoir pardonner"

 

Savoir faire des excuses à l'autre

ou à donner son pardon

sont des actes concrets

d'un désir de réconciliation.

 

Il est nécessaire d'établir une sorte d'accord

qui validera votre engagement mutuel

pour faire de votre relation, la priorité.

 

Ce qui sous entend d'arrêter des moments concrets

sur un agenda pour passer du temps ensemble

pour que chacun puisse permettre d'entrer dans la vie de l'autre.

Un petit rendez-vous en tête à tête

ou une petite escapade en amoureux,

rien de tel pour se sentir exister mais surtout aimé !

 

Les paroles valorisantes sont très importantes

envers l'autre et selon la personne, elle peut en avoir

 besoin plus qu'une autre.

 

A quand remonte

le dernier compliment fait à l'autre ?

 

 

Le manque de paroles valorisantes

 fait germer un sentiment d'amertume

chez celui dont il y a tant besoin…

 

Apprenez à dire ces paroles

et observez leur pouvoir sur l'autre.

 

Engagez vous à devenir attentif à l'autre

par des petites attentions, des cadeaux,

des services rendus qui peuvent aller

de la simple vaisselle

ou de s'occuper des enfants.

 

Soulager l'autre quand il est fatigué, stressé,

dans ses tâches peut être ressenti

comme une preuve d'amour

bien plus grande qu'un mot gentil.

 

Enfin, la distance, pour se réduire, a surtout

un grand besoin de contact physique

et de gestes d'affection.

 

A défaut de ne pouvoir rétablir de suite un dialogue éteint

du fait d'une distance installée, une caresse sur le bras,

une étreinte ou un baiser peuvent s'appeler à, eux seuls,

le miracle du parler "caché".

 

Un acte de gentillesse envers l'autre

ne sera jamais perdu...

  

Tout doit venir du cœur et une intention sincère

de vouloir faire les changements nécessaires.

 

Ne donner que ce que vous êtes

en mesure de donner.

 

 

Il faut donc par conséquent veiller à choisir le bon moment

pour que chacun soit disponible et disposé.

 

 

Toute relation connaît des passages

compliqués qu'il convient de régler.

Qu'ils soient nés du mensonge, de l'infidélité,

d'un manque de temps, de la routine

ou du mauvais traitement.

 

Le véritable langage de l'amour

restera toujours la communication.

 

Ce pourquoi, il convient d'y veiller sans relâche

et de ne jamais reculer face aux difficultés.

 

Les occulter ou les repousser ne fera qu'amplifier

le problème et construira peu à peu

le mur de l'incompréhension.

 

 

Une relation heureuse malgré ses hauts et ses bas

a une vision globale sur ce qu'elle vit.

Elle est fondée sur l'authenticité

et la confiance des deux partenaires.

 

Ainsi par exemple, sortir d'un univers

dans lequel on s'est enfermé démontre

sagesse, amour, conscience et maturité.

 

 

Si malgré la bonne volonté, la situation perdure

mais que vous n'êtes pas prêt à abandonner

alors le seul moyen pour reprendre des forces

est d'avant toute chose de penser à soi

et de reprendre sa vie en main !

 

Le détachement affectif est essentiel

pour avoir une relation heureuse

car elle n'est pas basée sur la dépendance.

 

Cela sous entend vous détacher de vos sentiments

et éviter l'hyperémotivité qui vous focalise

sur ce que vous éprouvez !

 

Non seulement vous n'avez pas besoin de l'autre

pour exister mais le fait de reprendre votre vie en main

est un excellent moyen d'attirer de nouveau son attention !

Fuis moi je te suis prend ici tout son sens…

 

Tout ce qui est à portée de vue devient bien souvent,

avec le sinistre mot qu'est l'habitude,

inexistant et transparent.

 

Prenez confiance en vous et ne monopolisez pas

toute votre attention sur l'autre.

Travaillez l'indispensable estime de soi

et chouchoutez vous !

 

Arrêtez de décortiquer chaque fait et geste de l'autre,

à vous prendre la tête et vous torturer

à vous demander s'il vous aime encore.

Savourez juste l'instant présent !

La lumière doit de nouveau jaillir dans votre regard

mais en vous regardant VOUS !

 

Et si en dépit que vous aimez et respectez l'autre,

mais qu'il ne vous le rend pas, c'est que la relation n'existe pas

et vous n'avez plus rien à faire ensemble.

 

Et si on est marié me direz vous ?

Pareil dans ce cas et à l'église ou pas !

 

Personne n'a à culpabiliser de se sortir

d'un mariage qui ne va pas.

D'autant que le mariage est à la source

une véritable opportunité unique pour grandir.

Il demande de se tourner vers l'autre

et faire ce qu'il faut pour qu'il se sente aimé.

 

Alors, se rendre malheureux vous abîmera

et au lieu de vous ouvrir, vous verrouillera et vous aigrira.

Ce qui sera le contraire de vous parfaire.

 

Une relation doit être un épanouissement

et non un renoncement de soi.

 

Quant à rendre l'autre responsable pour pouvoir mettre

sa tête au bout d'une fourche ne révolutionnera en rien 

ce que vous refusez de voir au point

de vous accrocher au rideau

et de ne pas savoir y renoncer !

 

Il faut au contraire se dire que

c'est une chance dans certaines situations.

 

Qui a la chance de pouvoir remettre son compteur à zéro

et s'offrir le luxe d'une nouvelle vie

avec de l'expérience et de la maturité en plus ?

Le drame ne sera jamais d'être seul,

mais de vivre dans une relation qui

vous donne la sensation d'être seul.

Posez vous les bonnes questions.

 

Si on ne parvient pas à s'entendre, évoluer ensemble

ou rester connectés, il faut faire le choix de penser à soi.

 

Notre société considère de faire passer "le soi"

comme une faiblesse, une hideuse verrue à cacher.

Eh bien non !

C'est tout le contraire.

Comment peut on aimer

si on ne se reconnaît pas soi ?

 

Si on s'aime, on communique

le bonheur de vivre et on respire la santé.

 

On prend conscience qu'on existe et personne n'a le droit

de vous dire ce que vous avez le droit ou non de vivre.

 

Lorsqu'on sait que l'on existe

alors il n'y a pas d'efforts à faire

car vous n'avez rien à attendre de l'autre.

 

L'autre n'est pas la clé de tous les problèmes

à commencer par ceux qui nous appartiennent

depuis notre petite enfance et qui ne sont pas réglés.

 

Ce n'est pas parce qu'on vous a rabâché enfant

que vous ne valiez rien qu'il faut vous en persuader !

 

Trop souvent les choix que nous faisons

sont le reflet de nous mêmes.

 

Prendre un conjoint qui vous punira

par dépendance affective est l'ultime sacrifice.

Vous continuerez par vous maltraiter à travers lui.

 

 

Pour autant, si pour expliquer la distance,

l'autre s'est excusé sincèrement

de son comportement et que la rancœur persiste sur le temps

au point d'y revenir constamment, c'est qu'il se joue

quelque chose à régler entre soi et soi…

 

 

On n'a pas non plus à rester dans une relation

par angoisse de se retrouver seul,

par peur ou parce qu'on est en danger.

 

Si vous n'êtes pas capable de communiquer dès le départ

quelques soient les difficultés que toute relation doit traverser,

cela ne changera pas après.

 

N'oubliez pas qu'à force de prendre sur soi,

son mal être et les non dits par manque de communication,

on en perd la santé.

Le corps a une mémoire et que tôt ou tard,

la note vous sera présentée

quelque soit ce que vous traversez.

 

Tout simplement parce que les émotions négatives

doivent sortir d'une manière ou une autre.

 

C'est pour cette raison qu'il arrive qu'on finit par tomber

malade des conséquences, des événements, des déceptions,

des attentes accumulées bref tout ce qui détruit émotionnellement.

Il faut donc bien s'en préserver.

La maladie est un signal fort et qu'il est urgent

alors de prendre conscience qu'on ne va pas bien.

Le déni de soi est le pire qui soit !

 

Quelle que soit la direction que vous souhaitez prendre,

posez vous les bonnes questions avant de sauter le pas.

Que voulez vous quitter ?

Quelles sont vos attentes et que recherchez vous exactement ?

Vos exigences sont elles réalistes ?

 

 

Alors plus, vous serez dans l'action et plus

vous aurez des chances de garder le contrôle de votre vie.

 

Ne la laissez jamais prendre les rennes de ce qui peut être

parfois réglé en une simple discussion dès lors

que vous êtes en capacité de savoir exactement

ce que vous attendez de votre partenaire.

 

 

Il n'est nul besoin de se déchirer pour le faire

quel qu’en soit l'élément déclencheur

et encore moins de se fermer.

 

Vous vous êtes engagé à deux dans une relation

alors il faut être également deux

pour pouvoir en discuter

ou décider d'en sortir.

 

Il est essentiel de faire valoir à l'autre votre identité,

 en annonçant clairement ce qui ne va paset quelles sont

vos attentes voire le cas échéant votre choix.

 

Mais ne faites jamais le choix de

vous abandonner émotionnellement vis à vis de l'autre

car pensant vous protéger non seulement

vous signeriez vous même la fin programmée de votre relation

mais vous alimenteriez surtout votre propre souffrance.

 

 

 

© 2016 – On ne joue pas avec les sentiments

Tous droits réservés

 

 

 

Pique-32.png Thématiques Existentielles - l'Amour Pique-32.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


26/08/2016
0 Poster un commentaire