APERTO LIBRO NULLA DIES SINE LINEA

APERTO LIBRO NULLA DIES SINE LINEA

La dispute dans un couple : Comment la gérer ?


La dispute dans un couple : Comment la gérer ?

bloggif_571ca469eefb6.gif

 

« Ce qui blesse bon cœur, c'est le refus de réciprocité,

c'est la froideur, c'est la malveillance,

c'est le manque d'égards, c'est le mauvais vouloir,

c'est l'injustice ou la perfidie. »

♥ Henri Frédéric Amiel ♥

 

 

Quand un couple se dispute, certains mots ne sont pas à dire.

D'autres paradoxalement devraient être dits

plutôt que de fermer la porte par le silence.

 

Le reproche, l'accusation portée, dans l'emportement

et l’exaspération ne sont pas forcément le meilleur procédé.

Il peut avoir pour conséquence en "message retour" :

un silence lourd assourdissant

dont on ne sait plus comment se sortir.

 

Le silence, pour toute réponse, est parfois même plus agressif

car il peut être perçu comme du mépris.

 

En somme, une agressivité «passive» qui fait mariner l'autre,

le perturbe et lui laisse sur les bras son mal être

ou sa tentative de comprendre.

De quoi même parfois augmenter et décupler sa colère en intensité.

Alors qu'il suffirait d'un simple mot compréhensif pour apaiser.

 

Mais pas si simple, car le silence peut aussi simplement

vouloir être une forme de protection contre sa propre colère.

On attend de retomber avant de formuler une réponse

plutôt que d'agir à chaud.

 

La tendance est de penser que le silence est l'arme

typiquement masculine par défaut de communication

pour fuir ainsi tout conflit.

 

Sauf qu'il faut faire attention à ce genre de stéréotype :

tout simplement parce qu'il s'agit d'une expression en lien avec l'éducation.

«Un garçon ne doit pas pleurer».

Ce pourquoi, ils ont du mal à mettre leurs émotions

en mots pour ainsi les exprimer.

 

Il faut savoir que les émotions ne sont pas vécues

de la même manière entre les hommes et les femmes.

La phénomène est en évolution sur cette forme d'expression

avec les nouvelles générations.

 

Les femmes ainsi se renferment aussi dans le silence

et cela arrive de plus en plus.

 

« Rien n'est blessant comme un reproche injuste. »

♥ Sophocle ♥

 

 

Les phrases assassines à éviter :

 

 

- "Tu as un problème, il faut que tu te fasses aider".

En d'autres termes, le partenaire est responsable de la situation.

 

Il vaut mieux dire :

«Peut être que tu pourrais en parler à un spécialiste,

un psychologue car ce n'est pas mon domaine.».

 

 

- "C'est de ta faute !"

Non seulement, ce n'est pas constructif en se renvoyant la balle

mais surtout cela ne résout en aucun cas le problème.

Chacun doit apprendre à se remettre en cause

avant de bondir sur la facilité de jeter la faute sur l'autre.

 

Il vaut mieux dire :

«Je suis peut être trop oppressant(e) ?»

 

L'importance du «Je» pour assumer et

ainsi montrer que l'on tente de s'améliorer soi même.

Il sera plus facile ensuite de revenir au questionnement

avec l'autre mais de façon plus douce.

 

 

- «Tu ne me fais jamais de compliment»

Il est  normal d'apprécier de l'autre des compliments

mais ne pas tomber dans le reproche systématique.

Il faut proscrire certains mots comme le «toujours» et le «jamais».

Ils sont des mots qui verrouillent inconsciemment.

Tout simplement parce que se les entendre dire à longueur de temps,

l'autre va s'enfermer dedans et ne cherchera

à ne plus faire le moindre effort.

 

Il vaut mieux dire :

«Tu sais mon chéri, c'est important pour moi de recevoir des compliments,

cela me fait sentir aimé(e)».

 

 

 

- «Tu n'as pas coupé le cordon !».

Évoquer la famille de l'autre est un classique de l'erreur

à ne pas faire parce que c'est perçu comme une menace.

Tout simplement parce que cela sous entend pour l'autre

de devoir faire un choix entre sa famille et la personne aimée.

 

Il vaut mieux dire :

«Je comprends ou je conçois que tu aimes demander conseil

à ta mère mais j'aimerai que tu prennes en considération

ce que j'ai à te dire puisque cette prise de décision concerne notre famille.»

 

Une nouvelle fois, il faut éviter le «Tu»

parce qu'il enferme l'autre dans la situation.

 

 

Dans le même style à proscrire pour éviter le conflit inévitable :

- «Ta mère est folle!»

Vécu là aussi comme une menace et une attaque vis à vis de ses racines.

On ne peut pas sous entendre à l'autre de renier ses origines.

 

Il vaut mieux dire :

«Je t'avoue avoir du mal avec la façon dont ta mère me parle.»

 

Cela évite non seulement le jugement mais également l'accusation.

On parle juste du malaise. On ouvre une possible discussion.

 

 

- «Tu te fais avoir à ton travail !»

Même si ce n'est pas dit au départ pour le blesser,

vous le rabaissez en critiquant sa vie professionnelle.

Il ne va retenir «qu'il n'est pas capable de ne pas se faire avoir».

Cela correspond à une véritable intrusion

car le travail de l'autre n'appartient pas au couple.

 

Il vaut mieux dire :

«Comment cela se passent les choses à ton travail ?»

«Ne penses tu pas que tu devrais essayer d'en parler avec ta hiérarchie ?»

 

Lui montrer ainsi par ces questions que vous vous intéressez

à son bien être mais sans émettre de jugement

pour conserver une juste distance.

 

 

Sur un plan domestique pour finir :

« Merci pour le ménage mais tu n'as pas fait l'évier ! »

«Merci d'avoir passé l'aspirateur

mais il y a encore plein de poussières ! »

 

Conflit assuré avec de telles phrases…

Il faut au contraire voir ce qui a été fait et le valoriser.

N'oubliez pas que l'autre n'est pas vous et

ne fera donc pas les choses comme vous.

 

Le fait de juger le «rabaisse" et ne lui donne pas

envie de faire des efforts.

 

Il vaut mieux dire :

«Merci de m'aider pour le ménage, cela me fait gagner un temps précieux.»

 

En le valorisant, il sentira que vous appréciez ses efforts,

en sera plus confiant et entreprendra plus facilement

de vous aider au quotidien.

 

 

Y a t'il une phrase magique pour mettre fin à une dispute ?

 

 

Il est important de ne jamais perdre de vue

que plus la dispute sera violente,

plus la réconciliation sera difficile.

 

Ainsi plutôt que de faire passer son ego à tout prix

pour gagner le débat avec tous les arguments possibles

et dirent des mots qu'on regrettera,

il suffirait d'énoncer une phrase pour que la tension

en un instant retombe et satisfaire les deux partenaires.

Cette phrase est :

«Je vois où tu veux en venir.»

 

Une phrase «tampon» car elle bénéficie d'une perception positive

et l'autre se sent compris par son partenaire.

 

La clé est donc là.

Quelque soit le motif de la dispute, la personne qui se sent comprise

par son partenaire sera plus épanouie dans la relation.

Une simple question d'équilibre en somme.

 

Cela montre surtout que vous écoutez avec attention l'autre

et que vous validez son point de vue.

 

(Étude parue dans la revue de l'American Psychological Association)

 

 

 

 

Se disputer est-ce normal ?

 

Il est normal de se disputer dans un couple.

Il y a une fausse vérité qui dit :

«Quand on s'aime on est toujours d'accord.»

 

C' est impossible parce qu'on est deux être différents.

On a un passé différent simple (notre enfance),

un passé composé (celui de nos ancêtres).

On a des goûts, des pensées, des philosophies différents

voire aussi des signes astrologiques différents.

Donc c'est normal que de temps en temps,

on se rencontre pour ne pas dire «On se rentre dedans».

 

Alors il faut aborder les conflits dans un esprit différent que d'habitude.

Autrement dit, ne pas les vivre comme un affrontement

où il y a un vainqueur et un vaincu,

où il y a quelqu'un qui a tort et un autre qui a raison

bref de façon manichéenne.

 

Il faut prendre cela comme une confrontation.

Nos opinions, nos goûts, sans esprit de vouloir vaincre l'autre

pour qu'il y est ainsi un gagnant gagnant.

 

Il faut savoir écouter ce que dit l'autre dans son ensemble

et pas seulement un mot en passant de façon tamisée ou déformée.

Prendre dans son ensemble vraiment ce qu'il dit vraiment.

 

Et ne pas l'accuser en disant «TU» autrement dit en le jugeant.

Donc appliquer les bonnes règles de la communication.

 

On peut aussi dire :  

«On va laisser passer un peu de temps,

ne pas en parler ce soir.»

Mettre la dispute entre parenthèses.

 

Attention : Quand on blesse l'autre,

la réconciliation sur l'oreiller n'est pas forcément une solution.

 

Si c'est une petite dispute où il n'y a pas eu de blessure pourquoi pas.

Mais si sérieusement il y a une blessure,

cette solution ne marchera pas.

 

Peut être Oser dire : «Peut être là, je t'ai blessé(e),

je te demande pardon et j'en suis désolé(e).»

 

Les conflits débutent souvent pour des broutilles

et parfois aussi on croit entendre certaines choses.

Alors à un moment donné, il faut que celui qui est moins en cause

dans le conflit ait la sagesse de dire :

 

«On perd son temps.

On va s'arrêter là pour aujourd'hui pour ne pas répliquer.»

 

→ Il est donc primordial de savoir écouter l'autre

ou ce qu'il ne dit pas mais surtout toujours valider son point de vue.

 

© - Gérard Leleu Psychothérapeute de couples

 

 

Pique-32.png Thématiques Existentielles - L'amour Pique-32.png

 


24/04/2016
1 Poster un commentaire