APERTO LIBRO NULLA DIES SINE LINEA

APERTO LIBRO NULLA DIES SINE LINEA

Il était une fois ROXY et moi


© 2017 - La libre-pensée : Il était une fois ROXY et moi

bloggif_5895b7f3188a0.gif

 

 

"L'âme des larmes

est dans le baiser qui les sèchera."
♥ Gustave Thibon ♥

 

 

Il y a quelques semaines maintenant

que je n’ai pas laissé libre cours à ma pensée

sur des mots qu’un autre ait pu poser.

 

Non pas par désintérêt, oh non jamais mes Anges,

mais je dirai plutôt le temps d’une pause

que je me suis donnée pour me ressourcer

tant physiquement qu’intellectuellement.

 

La douleur fatigue, c’est une dure vérité.

Elle attriste aussi.

 

Il faut dire que mes soucis d’épaule

m’ont aussi amenée, depuis novembre, à lever le pied

si j’osais le dire et ce, afin de l’économiser.

 

Et puis professionnellement aussi,

bien saturée de quelques dossiers et abrutie

"nez dans le guidon" pour un oral de concours à préparer,

j’ai d’un seul coup ressenti l’urgence d’oxygéner

mes neurones bien saturés.

 

Je ne vous cacherai pas que

quelques questions existentielles ont rapidement,

elles aussi, pointé le bout du nez mais bon logique,

l’anxiété m’a de nouveau gagné.

 

Alors, ce temps pris pour moi afin de me reposer,

de chérir le petit enfant enfoui en moi, m’a aussi servi

à faire un point sur ma vie mais également

de pouvoir réfléchir quant à la direction qu’elle prenait.

En fait, c’est un peu comme un check-up, une révision obligée.

Les problèmes de santé m’y ont beaucoup aidée.   

       

Je me suis dit qu’elle défilait de plus en plus vite, la vie, 

et que concrètement, depuis quelques temps,

sortie de mon travail, je n’en faisais plus vraiment rien.

Vous savez ce qu’on appelle le fameux train-train quotidien.

Auto boulot dodo.

C’est terrible, je trouve quand il ne vous arrive plus rien.

 

Mais paradoxalement, il faut bien reconnaître

que je ne fais plus en sorte - non plus - que cela m’arrive

tant j’ai fermé des portes derrière et surtout

instinctivement tout autour de moi.

Et le pire dans tout cela est que bien souvent,

je m’y conforte bien voire même très bien…

 

Seulement à trop vouloir se protéger et se verrouiller,

on exacerbe sa sensibilité dès qu’on se retrouve

pour un peu exposé ou confronté à un problème.

 

J’en avais un peu échangé avec mon médecin,

bien lucide sur ma réalité qui me pesait.

 

Il faut dire que mes journées sont bien chargées

professionnellement donc vu d’un œil extérieur,

je suis bien occupée.

J’aime en plus mon travail même si ce dernier

est énergivore et chronophage.

 

C’est sur le plan personnel et privé où là,

le vide s’est sournoisement installé.

 

Alors, le voilà, le sujet dont je voulais vous parler :

Celui de la rencontre inattendue…

 

Une libre-pensée qui est aussi un message

que je souhaitais vous faire partager.

 

L’évènement providentiel qui arrive sans s’annoncer

et qui vient bouleverser votre trajectoire, votre vie.

 

Il y a quelques temps, vous savez, j’ai perdu mon chien

mais aussi pratiquement dans le même temps, mon oie.

 

Eh oui, curieusement, j’avais une oie.

Cela peut faire sourire certains.

Mais, je peux vous dire combien c’est affectueux une oie.

Je l’avais ramené bébé sur un coup de cœur forcément

comme je fonctionne telle ma sacro-sainte habitude

et j’avais mis toute mon amitié sur elle et elle sur moi.

 

Alors, ayant perdu coup sur coup,

deux êtres auxquels je tenais,

il ne m’en avait pas fallu plus pour commencer

à me fragiliser voire m’effriter

intérieurement sans le réaliser.

 

Un seul être vous manque et tout vous parait dépeuplé…

Ces quelques mots prennent véritablement leur sens.

 

Ma seconde fille, quant à elle, bien que

toujours au cœur des études, travaille et a amorcé

sa vie de jeune femme en étant désormais accompagnée…

 

Alors, les soirées, seule, sont parfois longues

pour un esprit gourmand comme le mien

qui continuellement est en activité.

 

Bien sûr je lis, je dévore même tout

ce qui peut être à ma portée.

Je n’ai de cesse d’apprendre.

Je suis tel un enfant au regard constamment émerveillé.

 

Mais, malgré cela, l’ennui par le repos, l’anxiété par le vide,

l’inquiétude du problème de santé dans l’attente

d’examens plus complets, les questions sur un présent

aux journées en copié-collé, le futur qui ne fait plus rêver :

Le voilà le foutu cocktail émotionnellement concocté

dont il ne faut jamais s’abreuver…

 

Je me suis vue me dire :

"mais bon sang ta vie, ce n’est pas que cela.

Ta journée finie à la passer chez toi

sans personne à qui parler, à qui te confier,

à qui te serrer et à t’occuper !"

 

Le vide d’un coup était devenu immense

et prenait le pas dès ma porte d’entrée passée.

 

L’anxiété pour ne pas la nommer.

Celle que j’ai affrontée durant des années

revenait encore à la charge…

 

Bref, le triste constat qu’elle s’était

de nouveau belle et bien installée

générant ce problème de blocage d’épaule.

Les examens venant le confirmer.

L’esprit sous l'emprise d'un stress,

d'un choc émotionnel

nous joue de surprenants tours.

 

C’est là qu’a germé sans chercher l’idée

peut être de reprendre un chien…

 

Provoquer un évènement dans ma vie.

 

Mais pas un chien comme les autres

ni acheté dans une animalerie.

Non, un chien et un gros de préférence avec un vécu,

un laissé pour compte, un rejeté dont on n’a plus voulu.

 

Bref un abandonné sur le bas-côté comme moi

j’avais été vous l'avez compris !

 

Pendant des semaines, j’ai guetté l’opportunité

sur un site d’un refuge et un premier choix fut arrêté.

Mais quelque fois, une rencontre,

surtout si elle est provoquée,

n’est pas toujours réciproque

ni gagnée d’avance…

 

Curieusement, c’est un autre qui d’un regard

nous a percuté et volé notre cœur

autant à ma fille et moi.

 

Une rottweiler, âgée de 6 ans, au parcours compliqué

mais d’une douceur à ne pas expliquer

ce qui lui était arrivé.

 

En France, la réglementation est lourde

pour cette race considérée de catégorie 2

et ce n’est donc pas à la légère qu’il fallait s’engager.

 

Faute à tous ces délinquants qui ont utilisés

cette race notamment comme arme.

 

Bravant l’excitation du moment, l’affect qui nous avait déjà

bien contaminé ma fille et moi,

je me suis imposée quelques heures de réflexion

pour m’enquérir des obligations administratives

à commencer ce que la loi disait sur le sujet.

Nous étions le 31 décembre 2016.

 

J’ai ainsi découvert qu’il faut l’obtention d’un permis

pour devenir propriétaire d’un chien de catégorie 1 ou 2

et il se doit, en plus, être obligatoirement formé

pour obtenir une attestation de capacité.

Le fameux sésame pour pouvoir déposer son dossier…

Un coût également à ne pas occulter ni négliger

car le chien est de plus obligatoirement évalué

régulièrement selon un niveau

en lien à son comportement

dans une situation donnée.

 

J’ai foncé…

Et aujourd’hui, je ne regrette rien

tant je reçois d’amour, 

de douceur d’un chien « surprise »

car il fut notre découverte ce jour là,

nous qui venions déterminées pour un autre.

 

Un chien qui, le 2 janvier 2017, sorti à peine de la SPA

a vécu d’emblée avec sa nouvelle famille

une panne moteur sur l’autoroute,

une attente derrière les barrières de sécurité

dans le froid le plus complet

et un trajet sur camion plateau en remorqué.

 

Et pas une seule fois, le chien n’a manifesté

d’angoisse ou la moindre difficulté.

 

Un animal calme, docile et bien dressé

du haut de ses 48 kilos.

Un foutu stress qui l'a mis en surpoids.

 

Un molosse qui a été bourlingué, jeté en fourrière

pour un usage inapproprié d’un ancien propriétaire

qui ne méritait pas de le posséder.

Un chien qui a risqué d'être euthanasié

par bêtise et irresponsabilité humaines.

 

"Il est des rencontres magiques

qui surgissent dans notre vie sans prévenir.

Il est des rencontres qui ont un caractère magique

par la qualité de ce qu’elles révèlent,

en nous, ou chez l'autre.

Il est des rencontres qui nous appellent

au plus profond de notre être,

du plus lointain de notre histoire.

Il est des rencontres qui éclaireront

notre parcours de vie d'une lumière

plus vive, plus féconde."

♥ Jacques Salomé ♥

 

Alors, depuis, je partage ma vie avec une chienne

répondant au joli nom de ROXY.

Elle me donne de l’amour,

le vrai entier absolu

et de l’espoir pour demain.

 

Elle m’a apaisé et de sa présence

sait guérir mon anxiété.

Ce que certains humains sont incapables de donner.

 

De nos deux histoires sordides,

Nous nous sommes elle et moi trouvées.

 

J’ai trouvé ce baiser qui a tout séché.

 

Comme elle a, de son côté, trouvé les bras,

et la chaleur d'un vrai foyer.

 

Celle qui a su révélé et éveillé

de nouveau mon « Moi ».

 

Je souhaite à chacun de pouvoir accueillir

l'une de ces rencontres quelle qu’elle soit

si elle fait irruption dans sa vie,

et de s'y abandonner de tout son cœur

 

Car il est une chose dont je suis certaine :

 

Les plus belles rencontres

sont celles qu’on n’attend pas.

Elles vous ouvrent des portes

qu’on n’imagine même pas…

 

Veronique-3.gif

 

 

© 2017 – VP – On ne joue pas avec les sentiments

Tous droits réservés

 

 

 

 


04/02/2017
0 Poster un commentaire