APERTO LIBRO NULLA DIES SINE LINEA

APERTO LIBRO NULLA DIES SINE LINEA

Reconnaître le visage caché du Pervers Narcissique


Reconnaître le visage caché du Pervers Narcissique

 

MaskTumblr.gif

 

 

 

J'ai souhaité revenir, en un nouvel article,

sur cette thématique sensible

tant cette question est consultée sur le site.

 

Il faut savoir qu'Un pervers Narcissique

peut porter des masques différents

(autrement dit cachés, dissimulés).

 

 

√ Comment alors les reconnaître pour le contrer ?

 

En voici listés pour vous quelques-uns :

 

 

 

Il sait se montrer sympathique, plaisant, agréable, gentil,

attentionné, disponible et à l’écoute

 

Il apparaît souvent comme séduisant, charmeur, flatteur,

romantique, attrayant, au charisme fascinant

 

On dit de lui qu’il est altruiste, sociable

 

Il donne l’image de quelqu’un de cultivé, intelligent,

sûr de lui, beau parleur

 

Il semble tranquille, posé et sécurisant mais il sème

en fait le trouble, la zizanie et déclenche subtilement des conflits

 

Il montre parfois sa vraie nature de dictateur exigeant,

intransigeant, pressant et caractériel.

C’est un dominateur de pure souche.

 

 

√ Voyons maintenant de plus près

comment l’histoire commence et se déroule.

En fait, elle se déroule en 3 étapes.

 
 

Au départ, lorsque vous rencontrez un Pervers Narcissique,

tout commence alors comme dans un conte de fée :

 

 

Vous éprouvez le sentiment d’avoir rencontré la perle rare,

« le prince charmant » ou « la princesse charmante »

(eh oui les deux sexes sont concernés bien qu’il y ait

une propension masculine)

 

Tout est rose et « trop beau pour être vrai ».

Vous êtes sur un magnifique nuage ouaté de légèreté

 

Il (ou elle) vous dit que vous avez toutes les qualités,

Il est admiratif, il aime votre intelligence, votre  vivacité d’esprit,

votre ambition, votre honnêteté et votre sincérité.

Il vous propose rapidement le mariage.

 

Vous pensez alors avoir trouvé la personne de votre vie

Bref, vous êtes complètement sous le charme

voire à ne pas parier « raide love ».

 

 

Plus surprenante encore, cette période « rose » peut même durer

plusieurs années durant lesquelles vous fréquentez ou vivez

avec une personne "extraordinaire" et qui vous convient parfaitement.

 

Ceci étant, un jour, un événement se produit (un déménagement,

l’achat d’une maison, la naissance d’un premier enfant,

un licenciement, la présence d’un nouvel ami,

ou après quelques semaines de distance, de silence)

et là, tout bascule !

 

D’un coup, vous ne reconnaissez plus du tout cette personne.

 

Car tout ceci était, en fait, FAUX !

 

Juste après avoir vu l’engagement de sa victime dans la relation,

le Pervers Narcissique tombe le masque et là,

le chevalier blanc se métamorphose en un vilain crapaud.

 

Bref, le Pervers Narcissique est une vraie fraude.

 

La victime est tombée amoureuse de ses propres rêves,

le prince charmant du début n’a jamais existé.

 

Pire, vous avez affaire à une personne devenue totalement froide

et sans affect et qui, petit à petit, va prendre l’ascendant,

le dominant sur vous et vous rendre bel et bien dépendant.

 

 

√ Faisons alors ici l’analyse

sur la stratégie du Pervers Narcissique

  

Ainsi petit à petit, de façon insidieuse

et sans que vous vous en rendiez compte,

le Pervers Narcissique développe son emprise sur vous.

 

En fait, il se valorise en même temps

qu’il vous rabaisse :

 

 

Il vous critique

 

Il est dans le reproche systématique

 

Il vous dénigre

 

Il vous humilie

 

Il vous culpabilise

 

Il peut même aller jusqu’à vous insulter,

vous menacer, vous faire du chantage

et parfois jusqu’à recourir à la violence physique.

 

Le piège se referme.

 

Vous êtes déstabilisé, à un point tel,

que vous devenez une personne banale,

inintéressante, inférieure, imparfaite,

incapable et votre joie intérieure s’éteint peu à peu…

 

Votre cerveau est embrouillé et

dans un état d’épuisement psychique.

 

Mais aussi, avec à la clé, une perte totale de confiance en vous.

 

Votre fameuse estime de soi en a pris un sacré coup sur le nez !

 

Eh oui : le Pervers Narcissique non seulement vous détruit

à petit feu mais le pire de tout, c’est qu’il y prend du plaisir !

 

 

√ Son vrai visage le voici :

 

Le Pervers Narcissique est un menteur pathologique.

Il est très convaincant et trompeur à souhait.

 

Il créé des diversions.

Il distille des « demi-vérités ».

 

Il bluffe ou encore menace sa victime

quand elle le questionne.

 

Il nie les évidences et se contredit lui-même.

 

Bref, Il ment tout le temps, pour tout,

même pour les plus petites choses.

Il ment sur les émotions qu’il ressent (il n’en ressent aucune).

il ment sur l’amour qu’il ressent,

sur ses regrets (il n’en a aucun, jamais),

sur le changement qu’il va opérer.

 

Tout ce qu’il est n’est que mensonge.

Ses personnalités sont des mensonges.

Il est le mensonge incarné.

 

Il est le partenaire le plus déloyal qui soit.

Un saboteur en puissance qui balayera tout

ce qui a été conclu d’un revers de la main.

 

Il retournera ensuite la situation contre vous

en vous accusant d’être la personne

malhonnête qui a brisé le contrat.

Il adore se faire passer pour la victime.

 

Le Pervers Narcissique aime la poudre aux yeux.

Il est certes intelligent, charismatique et très éloquent

dans son domaine d’activité mais très souvent,

il exagère ses compétences et ses références professionnelles.

Il utilise constamment la manipulation pour asseoir son pouvoir

sur les autres d’une main de fer.

 

C’est un paranoïaque et il s’éclipse rapidement

si jamais les choses tournent mal.

Il n’assume JAMAIS les conséquences de ses actes

et se contente de disparaître par repli stratégique.

 

Sur le plan sexuel, le Pervers Narcissique

est souvent un hypersexuel

ou asexuel ou encore une alternance des deux.

Sa sexualité présente presque toujours un côté déviant.

Dans ce domaine, qui touche à l’intime, le Pervers Narcissique fait

de gros dégâts par l’instrumentalisation d’autrui

qui est nié émotionnellement.

 

Ils sont des infidèles notoires.

 

 

Étant donné qu’ils s’ennuient facilement,

leurs demandes sont de plus en plus déviantes

quand ils sont en couple.

 

Le Pervers Narcissique blâme toujours les autres

pour ses propres fautes.

Tout ce qu’il lui fait subir est systématiquement inversé

et reproché à la victime.

 

Même s’il vous fait des reproches ouvertement,

pratiquez la technique du miroir en utilisant

des phrases courtes et renvoyez la balle simplement.

 

La violence du Pervers Narcissique est redoutable

car sa source est psychologique.

Il insulte, humilie, blesse, dénigre, critique en permanence,

ouvertement ou « sans en avoir l’air ».

 

Tout est bon pour rabaisser sa victime

et se rengorger à ses dépends.

 

 

Le Pervers Narcissique peut également devenir

violent physiquement.

 Il en arrive là quand sa victime menace de le quitter

ou qu’elle est trop proche de son horrible vérité

donc sur le point d’être démasqué.

 

Si vous devez quitter un pervers narcissique,

il est conseillé de le faire sans le lui dire,

ni sans lui faire comprendre que vous avez compris

qu’il est un Pervers Narcissique.

Ce sont des personnes qui peuvent représenter

un grand danger car ils n’ont aucune empathie

et n’éprouveront aucun remords

à vous anéantir, avec vos enfants s’il le faut.

 

Le Pervers Narcissique divise pour mieux régner.

Il est le roi du cloisonnement, pour que ses mensonges

ne puissent pas être repérés.

 

Il fera toujours en sorte de ne pas réunir

ses victimes dans la même pièce.

 

Il contrôle sa victime en se montrant maladivement jaloux

et en l’isolant petit à petit de toutes ses connaissances.

Il la met ainsi sous dépendance totale,

y compris financièrement pour qu’elle devienne sa prisonnière.

 

C’est un harceleur-né qui ira jusqu’à retourner la famille

de sa victime contre elle pour être certain

qu’elle ne voudra jamais le quitter.

 

Par stratégie défensive n’allez pas dans son sens.

Ne répondez pas à ses demandes de contrôle.

N’hésitez pas à ne pas répondre à ses appels,

ni aux autres tentatives de contact.

 

 

Les Pervers Narcissiques sont très froids émotionnellement,

ils ne ressentent rien au niveau du cœur.

Les émotions sont uniquement perçues d’un point de vue

intellectuel et ne servent qu’à manipuler les cibles.

 

Quand un Pervers Narcissique dit qu’il aime,

c’est pour mieux préparer la suite : la tromperie et la trahison

de la victime pour ensuite se nourrir de sa détresse.

 

 

Le Pervers Narcissique ne cherche que l’admiration, l’attention,

la flatterie, il en a un besoin compulsif.

Il adore exhiber ses jouets.

La seule raison d’exister de toutes les personnes

qui l’entourent est le fait qu’elles le mettent en valeur.

Quand elles ne remplissent plus leur rôle,

elles sont jetées car ce sont des objets remplaçables.

 

Les Pervers Narcissiques sont cruels et sans pitié.

Il a besoin de la souffrance de sa victime pour expulser la sienne.

Il ressent une vraie jouissance à la voir se démener

pour faire fonctionner la relation, il adore la voir demander pardon

alors que c’est elle qui a été blessée.

 

Quand ils reviennent après avoir abandonné une de leurs proies,

c’est pour le plaisir de susciter son espoir puis de la décevoir

de nouveau et cela sans fin sauf à y mettre un terme en partant !

 

Si vous décidez de partir, observez alors

la règle du No Contact.

 

N’oubliez jamais que le gentil Pervers Narcissique

du début n’a jamais existé.

Le vrai est le méchant que vous côtoyez

depuis qu’il a fait tomber le masque.

 

Le Pervers Narcissique ne supporte pas l’indifférence.

Il fait des crises de « rage » comme un enfant qui fait un caprice

quand il n’a pas sa dose d’attention, de contrôle et/ou de soumission.

Vous devez alors vous attendre à ses représailles.

 

Pour le contrer : partez sur son terrain narcissique

et dites-lui que sa colère ne donne pas

une « bonne image de lui »

et que ce serait mieux s’il se calme.

 

Le Pervers Narcissique n’est jamais sous le charme de sa victime.

Il utilise la séduction tout au long de la relation

pour empêcher la victime de partir tant qu’il en aura besoin.

Cette séduction est un venin à distillation lente

qui met beaucoup de temps à être éliminé par l’organisme hôte.

 

Le Pervers Narcissique n’hésite pas à tromper, trahir,

corrompre, abuser autrui mais se présente comme un saint.

Il adore se faire passer

pour un gardien de l’ordre et de la morale.

 

N’oubliez jamais que  le Pervers Narcissique n’est jamais sincère

et ne se remet jamais en question.

Donc, quand il sort de telles paroles, il ne faut rien croire.

 

Il est le roi de la fausse repentance visant à retenir sa victime

et à semer le doute dans son esprit.

C’est un sadique qui adore créer de l’espoir

pour mieux briser le cœur trop tendre.

 

En résumé, avec un Pervers Narcissique,

il n’est pas possible d’exister.

 

Si on veut rester dans sa vie, on doit cesser « d’être ».

C’est extrêmement violent.

 

Pourtant, dès le début de la relation,

le Pervers Narcissique envoie des messages codés à sa victime

pour l’avertir de ce qu’il a l’intention de faire !

 

 

Il peut s’agir de phrases comme

« tu devrais te méfier de moi »

ou encore « tu risques d’être déçu »

ou « je ne suis pas digne de confiance ».

 

Eh bien, c’est la vérité…

 

Dans l’article via le test en 30 points

(qui peut être réalisé en cas de doute)

pour déterminer si on est en présence

d’un Pervers Narcissique,

nous avons vu ensemble

qu’il fallait « fuir » pour sa santé mentale.

Lien direct ci dessous

Fleche-rouge-scintillante.gif

 Qu'est ce qu'un pervers narcissique ? TEST en 30 points

 

Pour ma part, entre « fuir » et « partir »,

il y a tout un monde…

La notion n’est en aucun cas la même.

 

Ainsi pour vous donner matière à réflexion

du comment faire pour en échapper,

si vous êtes aux prises avec ce prédateur,

je tenais à vous faire partager

cet intéressant témoignage

que j’ai trouvé sur le net.

 

Non seulement, il vous permettra de lire « un vécu »

mais également de réaliser au travers ce qu’est

de vivre une situation drivée par un pervers narcissique.

 

"Il y a un an, plus de doutes, mon compagnon

était bel et bien un pervers narcissique.

J’ai voulu le quitter mais je n’y arrivais pas car je l’aimais

vraiment et je pensais qu’il devait y avoir

une autre solution que de fuir.

J’ai donc entrepris un travail sur moi-même

pour avoir confiance en moi, m’aimer,

me respecter, me (re)construire.

Cela m’a sauvée de la dépression dans laquelle j’étais

suite à ce que je vivais.

C’est ainsi que j’ai pu voir une autre porte de sortie que le suicide.

La relation a continué …

Cela m’a permis de poursuivre la relation sans finir à nouveau complètement détruite psychologiquement.

Mais cela n’a pas rendu mon compagnon moins

pervers narcissique pour autant.

Ça m’a permis de retrouver par épisodes l’homme

dont j’étais tombée amoureuse tel qu’il était au début,

mais seulement par épisodes.

En dehors de ces épisodes, sa violence psychologique

était toujours présente. Comme je mettais des limites

et faisais en sorte de me respecter, cela ne lui plaisait pas.

Je n’étais plus son objet qui se soumettait,

et ses comportements manipulateurs n’avaient plus d’emprise

car je les connaissais par cœur et les voyais même venir.

 

Il n’a pas supporté mes changements,

le fait que je m’affirme et me respecte et il est dès lors

devenu de plus en plus agressif. Menaces, chantages

en tous genres de plus en plus présents, et moi,

ayant mis un point d’honneur à me respecter.

Je me sentais mieux avec moi-même mais pas mieux

avec lui car ce n’était qu’épisodique.


Je suis encore restée avec lui car il n’arrivait plus

à m’atteindre comme avant psychologiquement

et c’était donc plus « supportable » malgré

qu’il devenait de plus en plus dur.

 

J’aurais pu, par amour, rester avec lui et continuer

à appliquer ces techniques pour continuer à m’aimer

tout en restant dans la relation. Mais étais-je vraiment épanouie ?

Était-ce cela à quoi j’aspire pour moi,

pour ma vie, pour mon futur ?

Est-ce ainsi que je conçois une relation d’amour ?

Si je me respecte et respecte mes besoins,

la réponse est clairement NON !

 

Ces derniers mois ont donc été un questionnement permanent

avec moi-même. Je l’aime, oui, c’est certain

mais suis-je prête à subir cela encore et encore, la réponse est non.

J’ai donc continué d’apprendre à avoir confiance en moi,

à m’aimer et à me respecter et j’ai cherché à

ce qu’il me respecte aussi.
Je me suis mise une limite.

Je me suis accordée quelques mois pour voir

s’il était enfin capable de me respecter à son tour

tout en le respectant.

Je l’ai respecté mais je me suis aussi respectée

à chaque fois qu’il dépassait les bornes,

et j’ai fait le constat que lui, il ne me respecte jamais.

 

J’ai également fait le constat que je suis épuisée,

vidée, lassée, usée de devoir toujours contrer sa manipulation

pour avoir de rares moments normaux.

C’est ainsi que j’ai réalisé que ces techniques

ne changeraient jamais vraiment les choses

et que si je continuais sur cette voie, même si j’ai appris

à m’aimer et à avoir confiance en moi,

je ne me respecterais jamais entièrement.

 

Ce n’était peut-être pas la bonne solution, mais ce qui suit

a alors été ma solution. A chaque fois qu’il tentait

de me manipuler et de faire preuve de violence psychologique

à mon égard, je lui faisais part de ses comportements

et mettais en évidence son manque de respect à me traiter

ainsi et le fait que je me manquerais de respect

si je cautionnais de tels agissements.

Cela n’a fait qu’empirer les choses dans ses comportements

à mon égard, mais en même temps, je prenais de plus

en plus confiance en moi car je me respectais de plus en plus,

même si cela m’usait et me vidait de mon énergie.

 

Quand il a vu que je résistais et que j’étais prête à le quitter,

il changeait la donne en disant que lui me quittait

et faisait tout pour me culpabiliser

et me rendre coupable de tout.

Il savait très bien ce qu’il faisait car il savait

que je l’aimais encore. En faisant cela, il jouait

sur mes émotions et arrivait à faire en sorte que je plie un peu.

 

Il se remettait ensuite avec moi pour mieux m’enfoncer ensuite,

se venger et me faire payer le fait que je ne m’étais pas laissée faire,

et cela se répétait encore et encore…

Donc, d’une certaine manière, sa manipulation agissait encore…

Et il se servait ensuite de mes comportements pour me respecter

pour me les reprocher, pour me culpabiliser, pour m’enfoncer

et pour justifier le fait qu’il me traitait de plus en plus mal.

 

Dans ces moments, j’ai eu l’impression d’être actrice et spectatrice

de ma vie. La partie « actrice » de ma vie faisait

que je vivais la relation, et la partie « spectatrice »

faisait que je voyais les mécanismes de sa manipulation perverse

et que je voyais le fait que je devais me respecter

et ne plus le laisser agir ainsi à mon égard.

 

En résumé, je faisais des petits pas en avant

mais aussi des pas en arrière, mais j’avançais quand même,

même si c’était doucement et même si parfois je retombais en arrière.

 

Mon chemin et cheminement étaient loin d’être parfaits,

mais j’avançais seule comme je le pouvais sans le soutien

ni l’aide de qui que ce soit.

 

J’ai profité de l’éloignement physique (vu la distance kilométrique qui nous sépare et le fait que je ne sois pas allée chez lui),

même si nous avions des contacts téléphoniques,

pour pouvoir faire le point. J’en suis venue à la conclusion

que plus jamais il ne sera comme au début,

que si je repense à toute la relation, le début idyllique

n’a en réalité duré que 3 mois sur les 4 ans et demi de relation,

que même si tout n’a pas été tout noir directement,

toute cette perversion narcissique a quasi toujours été là,

mais au début, à plus petites doses.

J’ai également réalisé qu’à ce titre,

je ne pourrai jamais être pleinement heureuse avec lui,

que même si je me respecte, ce que je devrai faire

pour qu’il me respecte lui aussi sera toujours usant,

fatiguant, vidant et que ce n’est pas à ce à quoi j’aspire

ni ce que je mérite.

 

Alors bien que j’aie encore des sentiments pour lui,

j’ai décidé de le quitter. Il me répète que pour lui entre nous,

c’est mort, mais qu’il sait que je ne serai pas capable de ne pas revenir vers lui et que donc, il devra porter plainte contre moi

pour harcèlement. Sa manipulation encore et toujours…

 

Il est vrai que je traverse une période difficile et douloureuse

car je l’ai sincèrement aimé et que donc la rupture fait mal.

C’est d’autant plus douloureux que je réalise totalement tout

ce que j’ai enduré avec lui.

Ce n’est donc pas une période facile à vivre actuellement.

Je sais également que la relation de dépendance

qui s’était créée fait aussi que par moment, il y a un manque.

 

Mais, je sais aujourd’hui que je veux me respecter

et m’aimer, et que me respecter passe aussi

par le fait de me faire respecter.

 

Me respecter passe donc par le fait de couper tout contact avec lui

afin de ne plus lui laisser la possibilité de me manquer de respect

et de ne plus devoir me manquer de respect moi envers

moi-même en m’usant pour me faire respecter de lui.

 

A chaque fois que j’ai lu que je devais fuir, je savais au fond de moi que c’est ce que je devais faire. Mais entre la prise de conscience

et la mise en pratique, il y a un pas, pas toujours évident à franchir.

En effet, tout un mélange d’émotions me paralysait

même si dans mon cas, il n’y a ni enfants, ni logement en commun.

 

Mon expérience me fait donc dire que la solution

n’est pas de « fuir », mais d’apprendre à s’aimer

suffisamment soi-même pour que partir s’impose

comme une évidence et non plus comme un échappatoire,

une fuite en avant.

 

Au final, on pourrait me dire que « fuir » ou « partir »,

c’est du pareil au même car dans les deux cas, on s’en va

et c’est la fin de la relation, mais pour moi, ce n’est nullement pareil.

 

Quand on fuit, on se sauve, c’est de la survie tout

comme lorsqu’on part, mais quand on fuit,

on n’a pas pour autant appris à s’aimer,

à avoir confiance en soi, et on risque donc de retourner

vers le pervers narcissique ou de tomber

sur un autre par la suite.

 

J’ai lu de nombreuses personnes qui ont fui

et qui ont ensuite appris à s’aimer.

Elles ont donc réussi à s’en sortir.

 

Je dirais qu’il n’y a pas UNE solution pour tous.

Fuir ou partir, peu importe selon moi,

car la fuite ou le fait de partir n’est qu’un moyen.

 

Selon moi, ce qui est le plus important, c’est le fait au final de s’aimer soi, de se respecter, d’avoir confiance en soi, de respecter ses propres besoins et ses envies.

 

Je crois qu’à partir de ce moment-là, le chemin vers une vie

qui nous correspond ne pourra plus être entravé

par une personne perverse narcissique.

 

Cela m’a permis d’apprendre à m’aimer, à me respecter,

même s’il m’a encore fallu un an de relation

avant de pouvoir enfin totalement m’en sortir.

 

Bien évidemment, j’ai encore du chemin à faire

car il me faudra encore du temps pour me retrouver complètement

suite aux ravages de ces 4 ans et demi de relation.

Mais aujourd’hui, je sais que ma priorité, c’est MOI, MOI et encore MOI,

et qu’à partir de là, ma vie demain et les autres jours

ne pourra en être que meilleure.

 

Je sais aujourd’hui que dans les semaines, les mois à venir,

j’aurai encore des moments de tristesse, de peine, de colère,

de souffrance. Je sais qu’il me faudra encore du temps

pour laisser cela derrière moi car ça fait un peu

comme un état de choc post-traumatique.

Mais je sais aussi qu’au bout du chemin, j’en sortirai plus forte.

 

Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort,

et dans toute chose négative, il y a du positif…

En effet… car au final, j’en sortirai grandie

car je m’aimerai suffisamment et me respecterai.

Cela, c’est tout bénéfice pour la suite de ma vie.

Je ne dirais pas pour autant que je remercie mon ex-compagnon

car grâce à lui, j’ai pu régler des failles en moi,

il ne faut pas exagérer tout de même!

C’est vrai que du positif ressortira de tout cela au final,

mais à choisir, j’aurais préféré apprendre à avoir plus confiance

en moi et à m’aimer sans passer par là… "

(Témoignage de C. R.)

 

 

 

De ce témoignage en résumé, vous devez ainsi retenir :

 

Que le plus important est au final de s’aimer soi,

de se respecter et d’avoir confiance en soi.

 

Que le plus important est de prioriser

ses propres besoins et ses envies

pour que le chemin de notre vie

à laquelle nous aspirons ne soit jamais

entravé par une personne narcissique.

 

Au sortir d’une telle relation, vous avez une longue route

devant vous pour retrouver votre estime,

votre confiance en vous et en la vie

ainsi que pour recoller les morceaux de votre cœur

qui a été piétiné par ce sinistre individu.

 

Le plus triste dans tout ça est qu’il ne se rend

même pas compte de la tristesse occasionnée.

 

Le Pervers Narcissique voit sa victime

comme un objet dénué de sentiments.

 

Il n’a ni remords, ni empathie.

Il ne ressent rien pour cette personne

qu’il a ruinée dans tous les sens du terme

et l’utilisera tout le temps dont il estimera avoir besoin.

 

Faire tomber le masque du Pervers Narcissique

est un crime qu'il ne vous pardonnera jamais.

 

Mais tel est le prix de votre LIBERTÉ,

de vivre VOTRE VIE et non plus la sienne

 

 

 

 

© - 2016 - On ne joue pas avec les sentiments

 

 

 

 

 

 

 

.


10/07/2016
0 Poster un commentaire