APERTO LIBRO NULLA DIES SINE LINEA

APERTO LIBRO NULLA DIES SINE LINEA

Maurane


Trop Forte - Maurane (Album Ouvre)

Maurane-cover-Ouvre.jpg

 

On est toujours trop quelque chose
Trop ou pas assez
Toutes ces portes à pousser
Larges comme des chas d'aiguille
Les barrages à passer
Faudrait être une anguille
Un peu maigre, un peu lisse
Pour entrer comme Alice
Au pays merveilleux
Au pays merveilleux

On nous farcit les yeux
Sur affiche sous vitrines
D'espèces de drôles de tiges
Qui se collent des vertiges
A force d'être au régime
On est toujours trop quelque chose
Trop ou pas assez
Trop ou pas assez

J'suis trop forte
Moi j'suis trop forte
Je connais la chanson
Bien sûr ils ont raison
Alors je le dis aussi
J'suis trop forte
J'suis vraiment trop forte
D'être arrivée jusqu'ici

J'ai connu toutes les appellations contrôlées
Dès la cour de récréation
Ca trempe le caractère
La bonhommie des gros
C'est rien que d'la colère
Stockée sous la peau
Sous la peau
On a même inventé des mots de remplacement
Pour mieux nous insulter
Corrects politiquement
T'es pas grosse
Non t'es ronde, corpulente, enveloppée
L'hypocrisie du monde
Aussi je la connais
Je la connais

J'suis trop forte
Moi j'suis trop forte
Je connais la chanson
Bien sûr ils ont raison
Alors je le dis aussi
J'suis trop forte
J'suis vraiment trop forte
D'être arrivée jusqu'ici

J'suis trop forte
J'en suis pas morte
Je connais la chanson
Bien sûr ils ont raison
Alors je le dis aussi
J'suis trop forte
J'suis vraiment trop forte
D'être arrivée jusqu'ici
D'être arrivée jusqu'ici
Ici
D'être arrivée jusqu'ici

 

 

 

 

Maurane, de son vrai nom Claudine Luypaerts, est une chanteuse belge,

née le 12 novembre 1960 à Ixelles, en Belgique.

Elle vit depuis toujours dans la commune de Schaerbeek.

 


11/11/2015
0 Poster un commentaire

Si aujourd'hui - Maurane (Album Carnet de Mô)

3137670344_1_6_XWsM3Seo.gif

 

Si aujourd'hui la terre s'arrêtait de tourner
Je t'emmènerais tranquille de ville en ville
Le nez en l'air pour retrouver l'été

Si aujourd'hui la mer devait s'évaporer
Je trouverais dans ma poche une pelle une pioche
Et je sèmerais des fleurs sur les fonds balnéaires

Si demain matin tu cessais de m'aimer
Je ne peux pas dire que j'en mourrai, non
Faut rien exagérer
J'crois seulement qu'j'aurais l'air d'un casino désert
D'une chaise à l'envers
Oubliée sur une table
J'crois qu'j'aurais l'air assez minable

Si aujourd'hui le vent se mettait en colère
Soufflait immensément, on irait aux étoiles
Dans ma navette à voiles
Pour voir un clair de terre

Si aujourd'hui le ciel devenait un brasier
Je te ferais flamber des soufflés d'ailes d'anges
A la liqueur de miel et aux zestes d'oranges

Si demain matin tu cessais de m'aimer
Je ne peux pas dire que j'en mourrai, non
Faut rien exagérer
J'crois seulement qu'j'aurais l'air d'un casino désert
D'une chaise à l'envers
Oubliée sur une table
J'crois qu'j'aurais l'air assez assez minable

Oh Oh Oh Oh Oh Oh...

Et pourtant là tout de suite
Si je cessais de vivre
En buvant dans tes yeux
Je suis sûre que j'ferais un fantôme très heureux

Ouh Ouh Ouh ...

Si demain matin tu cessais de m'aimer
Je ne peux pas dire que j'en mourrai, non
Faut rien exagérer
J'crois seulement qu'j'aurais l'air d'un casino désert
D'une chaise à l'envers
Oubliée sur une table
J'crois qu'j'aurais l'air assez assez minable

assez minable 

 

 


10/11/2015
0 Poster un commentaire

Tout Faux - Maurane (Album Quand l'humain danse)

bloggif_5641cbe943bca.gif

Je te donne mon téléphone

et tu ne le notes pas.
Je te parle ou je chantonne

mais tu lis je ne sais quoi.
Je te dis des mots, des bêtises

mais tu ne les entends pas.
Et même si je me déguise

tu ne me vois pas.

Je t’offre une cigarette

merci … tu ne fumes pas.
En passant je te caresse

et ça ne te fait ni chaud ni froid.
On se dit bonjour, on s’embrasse

et toi tu dis comment ça va ?
C’est même pas que je t’agace

c’est moins que ça.

J’ai tout faux, toujours avec toi,

la partition, je ne l’ai pas.
Je devrais me faire une raison

mais je n’y arrive pas.
Et je fais des plans, des manœuvres

et je stratège à tout va.
T’es mon héros, mon chef d’œuvre,

je n'y peux rien,

c’est comme ça.

Quand je t’écris un poème

tu dis que tu l’as déjà.
Je t’amène un café crème

et quand il arrive, il est froid.
Je te prête un livre, une gomme

ou je t’invite au cinéma.
J’en fais des tas, j’en fais des tonnes

et ça ne va pas.

Je te donnerais tout,
tout ce que tu veux

mais tu n’en veux pas.
Tout ce que je t’aime,

c’est bien trop peu,

ça ne suffit pas.
Et plus t’es gentil,
plus t’es beau,

plus j’m’accroche et moins j’y crois.
Je t’en fais des kilos,

mais ça n’fait jamais le poids.

J’ai tout faux, toujours avec toi,

la partition je ne l’ai pas.
Je devrais me faire une raison

mais je n’y arrive pas.
Et je fais des plans, des manœuvres

et je stratège à tout va.
Je t’en fais des kilos,

mais ça fait jamais le poids.

Je te donne mon téléphone

et tu ne le notes pas.
Je te parle ou je chantonne

mais tu lis je ne sais quoi.
J'ai tout faux, tout faux

toujours avec toi

toujours avec toi

tout faux tout faux

Je t'offre une cigarette

merci...tu ne fumes pas.

J'ai tout faux tout faux...

Auteur-Compositeur : Jean-Jacques Goldman (Année 2003)



 


10/11/2015
0 Poster un commentaire

Sur un Prélude de Bach - Maurane

Lorsque j'entends ce prélude de Bach
Par Glen Gould, ma raison s'envole
Vers le port du Havre et les baraques
Et les cargos lourds que l'on rafistole
Et les torchères, les grues patraques
Les citernes de gasoil

Toi qui courais dans les flaques
Moi et ma tête à claques
Moi qui te croyais ma chose, ma bestiole
Moi je n'étais qu'un pot de colle

Lorsque j'entends ce prélude de Bach
Par Glen Gould, ma raison s'envole
Et toutes ces amours qui se détraquent
Et les chagrins lourds, les peines qu'on bricole
Et toutes mes erreurs de zodiaque
Et mes sautes de boussole

Toi, les pieds dans les flaques
Moi, et ma tête à claques
J'ai pris les remorqueurs pour des gondoles

Et moi, moi je traîne ma casserole

Dans cette décharge de rêves en pack
Qu'on bazarde au prix du pétrole
Pour des cols-blancs et des corbacs
Qui se foutent de Mozart, de Bach

J'donnerais Ray Charles, Mozart en vrac
La vie en rose, le rock'n roll
Tous ces bémols et tous ces couacs
Pour Glen Gould dans c'prélude de Bach

 

 1375713_696947570317168_609899762_n.jpg





08/03/2015
0 Poster un commentaire