NULLA DIES SINE LINEA

NULLA DIES SINE LINEA

Alors, amoureux ou attaché ?

 

 

add4f707.gif

 

 

 

 

 

Une question qui peut tarauder

et si souvent posée…

 

 

Alors : "Je t'aime" un peu, beaucoup,

passionnément, à la folie, ou pas du tout ?

 

 

 

45c90163b1badf9175ed217b4552ec52.gif

 

1 - Avez-vous autour de vous

ou encore via les réseaux sociaux,

ce genre de contact qui se considère « en couple »

au bout de 3 jours ?

 

Celui, fou amoureux bien sûr, assurant en un éclair

que cette fois, son choix est le bon et

sans connaître la personne, à peine rencontrée,

la considère, comme tout bonnement, être celle de sa vie !

Et qui finalement, tout aussi soudainement,

en à peine moins de 3 mois, change son statut

en de nouveau « célibataire » et surtout,

se remet rapidement en chasse…

 

 

Eh bien, ce genre de personne qui saute

de relation en relation, c'est juste, pour elle,

un besoin plus profond à combler.

Et très souvent, ce besoin essentiel est,

en fait, une peur,

la peur d'être seule.

 

 

Et face à cette peur, tellement vivante en elle,

elle serez prête inconsciemment de considérer

« toute personne entrant dans sa vie »,

en état d'errance affective,

comme étant CELLE qu'elle attendait !

 

 

Alors, oui, il est là, le message de se planter

voire de se mentir à soi-même :

Celui de ne jamais confondre cette peur d'être seul(e) qui,

elle, en réalité, tronque les sentiments envers une autre.

 

 

Parce que NON, le «  véritable amour »

ou « être amoureux » ne se vit pas

« en rafale » ou « en file indienne ».

 

 

Parce que, quand on est amoureux et qu'on en vient,

malheureusement, à rompre, cela ne donne

aucune envie de se remettre en chasse...

Loin de là, parce que le cœur est trop rempli de l'autre

encore bien trop présent.

A défaut, on part inévitablement sur une relation dite kleenex

(un sujet abordé également sur le site).

 

 

2 - Vous avez également et aussi sûrement,

ce genre de personne autour de vous en relation

qui finit par rompre et qui se demande

comment elle a bien pu faire pour autant se tromper

et/ou dire « je t'aime » à une personne,

si éloignée au final de ses idéaux ?

 

Eh bien tout simplement, parce qu'elle s'est menti

à elle-même dès le départ…

Ce n'était nullement de l'amour,

mais de l'attachement !

 

 

Alors prêts mes anges pour développer ?

Voici quelques petits indices à ne pas perdre de vue 

pour vous aider à y voir un peu plus clair :

 

 

Quand on est vraiment amoureux,

on n’a pas besoin de voir l’autre personne

pour se sentir en sécurité. 

On le sait…

On est en paix, sourire au vent !

 

 

A contrario, quand le seul moment

où on se sent en sécurité, c'est quand

on est avec l'autre, c'est simplement parce qu'en fait,

la relation repose sur de l'attachement.

Par exemple, on ne peut pas s'empêcher

de se demander ce que l'autre fait et/ou avec qui ;

Ce qui induit qu'on ne comprend pas vraiment

les sentiments de son partenaire.

Autrement dit : Pas de connexion en fait !

On est en réalité dans la dépendance,

le besoin de combler une peur ou une blessure non guérie.

 

 

L'attachement est donc, en fait, « un état »,

même anxieux on peut le dire, l'on est

en attente de quelque chose (voire même parfois de mieux)

d'où le sentiment d'un non investissement

pour l'autre partenaire.

Ce dernier peut même se demander pour quelle raison,

il se s'engage pas et reste évasif ou hésitant.

Quand on se pose ce genre de question,

n'oubliez jamais qu'une alarme intérieure s'est déclenchée !

Mais encore faut-il être en capacité de

savoir décrypter les signes d'alerte 

car nous en recevons, toujours...

 

 

Cela sous-entend également que la personne

dans l'attachement est constamment sur le qui vive,

placée dans une lutte constante et surtout,

a le besoin de contrôler l'autre.

Au final, elle se sent constamment

comme au bord du précipice, dans le mal être.

La relation forcément n'est ni fluide, ni apaisante

 

 

En fait, la personne dans l'attachement

 a juste besoin, de quelqu'un auprès d'elle,

sans se soucier des besoins de l'autre.

Elle a besoin de tout diriger

au lieu de partager les rennes et cela,

ce n'est pas de l'amour, ni être dans le lâcher prise.

 

 

3 - Parce que le véritable amour :

- vous donne des ailes, une énergie démesurée,

le sourire en marchant ;

- un sentiment où vous vous sentez vivifié,

transfiguré et capable de déplacer des montagnes ;

- vous place dans l'équilibre (aucun des deux

ne se sent léser par quoique ce soit, ni en danger) ;

- fait passer l'autre avant ses propres besoins ou intérêts

(Quand on est dans l'attachement, on cherche juste

à combler ses propres besoins et en aucun cas ceux de l'autre !)

 

 

L'amour est éternel, il reste en vous pour toujours.

L'attachement jamais.

Pour preuve, lorsque l'on rompt d'une relation d'attachement,

on ne ressent pas de haine, simplement,

parce que le sentiment du départ n'était pas

aussi fort vis à vis de l'autre.

On zappe et on passe très vite à autre chose...

 

 

A la différence de l'amour lorsqu'il se termine,

souvent, il se transforme en un tsunami

de rancœur passionnée et irrépressible.

 

45c90163b1badf9175ed217b4552ec52.gif

 

Le véritable amour vous libère, vous transporte et vous rend libre.

Il est tout pour l'autre.

 

L'attachement n'est, quant à lui, que possession et contrôle.

Il est tout focalisé, sur et pour soi !

 

 

© 2022 – VP – On ne joue pas avec les sentiments

 

NzME1OYFRrd0RJUyc8o3ueGC7mM.gif

 

Pique-32.png Dans la rubrique : Thématiques Existentielles - Les Sentiments Pique-32.png



12/12/2022
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 62 autres membres