NULLA DIES SINE LINEA

NULLA DIES SINE LINEA

On tue les vieux sans qu'ils meurent - Gérard DEPARDIEU

 

23cfdc12bdd2e14fe0356e1d5b4ba3d3.gif

 

 

 

 

 

 

 

Le sort que l'on réserve à nos vieux ici,

en Occident, est effrayant.

Dans les années 1950, on les gardait encore avec nous.

On ne se posait même pas la question.

Ils restaient avec les enfants, avec les petits-enfants.

 

 

Aujourd'hui, ici, c'est fini.

On ne s'occupe plus d'eux.

On les retire de la famille, de la Vie.

On les met dans des maisons.

« Ils seront mieux là-bas », dit-on.

Et on les exile dans cet espace où,

forcément, ils vont perdre la raison.

 

 

Parce que, pour pouvoir continuer à vivre

dans ce genre de maison, il faut forcément perdre la raison.

Pour ne plus voir les murs.

Pour ne plus voir cette réalité qu'on leur fait.

 

 

Ils n'ont pas d'autre choix que de devenir invisibles.

De s'oublier eux-mêmes tant on veut les oublier.

C'est une façon de les tuer sans qu'ils meurent.

De les mettre en terre encore vivants.

 

 

Voilà ce que cette société,

ici et maintenant, nous amène à faire.

Sans même y réfléchir.

Que je sois en Afrique, dans les pays arabes,

en Russie, tous ces pays où il y a encore de la Vie,

partout je vois des vieux.

Au milieu de leur famille, encore.

De leurs traditions.

Bel et bien vivants.

 

© Gérard DEPARDIEU 

 

047b8c9183f2194ca240d8b1d77cd469.gif

 

 

Vous pouvez retrouver cet article

dans la catégorie :

Carreau-32.pngTexte à méditer Carreau-32.png

 

 

Ailleurs.jpg

 

 

 

L'ailleurs : cette petite distance qu'il faut trouver

pour rester profondément humain.

Je suis parfois un innocent, parfois un monstre


Tout ce qui est entre les deux ne m'intéresse pas.

Tout ce qui est entre les deux est corrompu.

Seuls l'innocent et le monstre sont libres.

Ils sont ailleurs.

loiseaubleu_1.gif



02/12/2022
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 62 autres membres