APERTO LIBRO NULLA DIES SINE LINEA

APERTO LIBRO NULLA DIES SINE LINEA

No matter the walls my love, if you're by my side © L'instant Messages

 

SE TAIRE FACE A LA COLERE.gif

 

 

 

Faute de temps, cela fait maintenant plus d'un an

que je ne suis pas venue vous écrire quelques lignes.

Il faut dire que tous, nous avons été impactés de plein fouet

par la crise sanitaire liée à la Covid-19.

Celle-ci a terriblement chamboulé toute la planète en son entier.

Je me trouvais sur Paris au moment où le 1er confinement a été annoncé

et s'en est suivi, pour nous tous, ce que vous savez...

 

 

Entre obligations professionnelles et privées via notamment une tutelle

non facile à gérer depuis août 2019, je suis très occupée.

 

 

 

J'ai pour principe de ne jamais m'éparpiller pour ne pas bâcler

ce que je souhaite donner quitte à devoir sur le moment renoncer

pour reporter autant que demandé.

D'où tous ces mois passés, un peu éloignée de vous mes Anges...

Ce temps qui passe à une vitesse folle et où, je me rends compte

du sablier écoulé ici depuis ma dernière activité.

 

 

Nous sommes donc tous éprouvés voire même déprimés

par cette nouvelle vie qui, d'un coup, nous est tombée sur le nez,

désormais masqué, et dont il nous a pourtant fallu nous adapter

parfois autant sur le privé que le travaillé.

 

 

En dépit des ressources que chacun en lui peut puiser,

beaucoup font face à des difficultés, amplifiées pour certains,

par le poids de la solitude (vécue depuis de longues années) et pour d'autres,

de s'être retrouvés, du jour au lendemain, coupés du monde "enfermés"

en famille ou en couple.

Une véritable épreuve à appréhender.

 

 

Toutes ces situations inédites sur fond martelé d'informations journalières

depuis mars 2020 génèrent de nombreuses tensions et traduisent

un mal être palpable généralisé.

 

 

Alors seul(e) dans notre bulle ou accompagné(e)-s en sphère privée,

comment faire pour ne pas sombrer dans la morosité ?

 

Comment faire pour ne pas glisser vers un laisser-aller,

un résigné à s'en oublier ?

 

Comment faire pour ne pas exploser face à l'autre (ou sur l'autre)

qui lui même traverse les affres de cette crise indéterminée ?

 

Et pire encore pour certains, confinés à deux ou en famille,

comment faire pour se contrôler et ne surtout pas déraper en passant à l'acte

traduit dans des inadmissibles cognés ?

 

 

Jean-Paul Sartre a joliment dit :

"C'est dans l'angoisse que l'homme prend conscience de sa liberté."

 

 

 

 

 

 

 

Eh oui, si les temps sont durs depuis mars 2020 pour les célibataires

en recherche active de l'amour, les couples aujourd'hui dont je vais parler

ne sont pas épargnés non plus par les répercussions d'un confinement forcé…

Le poids présent du face à face se fait lourdement peser.

L'ambiance anxiogène peut alors très vite se révéler électrique en fin de journée.

 

 

Être continuellement à deux - et juste deux - dans une bulle privée sans pouvoir

"comme avant" profiter des joies de la vie comme simplement aller au cinéma,

s'échapper au musée, échanger, papoter de tout et de rien avec ses collègues

ou profiter de week-ends en famille éloignée vient mettre dans la balance

l'importance du sacro-saint lien social !

 

 

Le lien social, c'est lui qui de toute évidence ajuste l'équilibre

d'un couple en arrière plan.

C'est lui qui semble le nourrir aussi.

Alors, quand le couple vient à manquer de libertés et surtout de possibilités

comme de choix, cela finit par fragmenter le plus fragile.

 

 

 

Sauf à tout vous dire, c'est que la pandémie a bon dos !

Elle met surtout en lumière des fêlures déjà bien ancrées où émergent

de plus en plus des problèmes de communication et/ou

des dysfonctionnements réguliers.

 

 

De fait, lorsque l'on se retrouve enfermé contre sa volonté,

il n'y a plus d'échappatoire.

On ne peut pas trouver refuge ailleurs, ni s'isoler ...

 

 

Il est alors bien compliqué pour ces couples bancales

déjà fragilisés d'éviter les disputes ; celles qui éclatent - pour un oui ou un non -

dans le feu d'une émotivité exacerbée et très agacée.

Certaines anciennes tensions, certaines rancoeurs peuvent aussi revenir

à cette occasion sur le tapis déjà bien taché.

Il peut également arriver que d'un coup, on ne supporte plus l'autre…

 

 

A travers un confinement subi, l'autre "imposé" à longueur de temps

ne nous apparaît plus, aussi flatteur et, au contraire,

met soudainement en évidence des comportements,

des manies ou de nouvelles postures qui deviennent

totalement insupportables pour le conjoint.

Ça peut être par exemple dans la façon de prendre soin de soi

qui a totalement disparu (être en jogging ou pyjama toute la journée)

ou de prendre ses aises à en oublier les bonnes manières.

Quant aux codes de savoir vivre, on finit par se demander

s'ils ont au départ existé !

 

 

L'autre peut aussi devenir celui qui se tape toutes les corvées

et ainsi devoir enfiler le costume des tue-l'amour "la fée à tout faire".

Ce qui n'est pas trop charmeur non plus.

La dépression de l'un à canaliser peut aussi devenir

l'insupportable réalité de l'autre.

 

 

Alors, forcément, cette "réalité" brutale, ennuyeuse et épuisante moralement

ne fait plus du tout rêver et moins encore séduire.

Or, un couple doit continuellement être dans la séduction.

Ce qui n'est déjà pas simple, vous le savez, dans un monde dit "normal".

Il est donc important de se discipliner pour veiller à toujours respecter l'autre

y compris en commençant par soi même dans sa façon d'être ou de se présenter.

 

 

Malheureusement, il y a parfois encore plus grave,

comme la violence ou la maltraitance (qu'elles soient verbales ou physiques).

Elles peuvent naître à l'occasion de ces confinements

ou devenir le levier de scènes récurrentes de leurs auteurs

qui passent à l'acte et dont les résultantes familiales

peuvent être parfois dramatiques.

 

 

Il faut le savoir : Cette crise sanitaire inédite constitue un facteur aggravant

pour les femmes victimes de violences conjugales et leurs enfants

lorsqu'ils se retrouvent confinés avec leurs agresseurs.

Il n'y a pas que les femmes d'ailleurs,

des hommes peuvent être victimes également,

je tiens à le souligner...

 

 

Numerosurgence_highlighted.gif

 

 

Je rappelle à cette occasion ici que dans le cadre de violences subies,

toute personne peut fuir de son foyer où elle se sent en danger

et ce indépendamment, des règles liées au confinement ou du couvre-feu.

 

 

 

2136294733_1.gif

 

 

 

Ce qui sous-entend que toute personne peut quitter son domicile

avec ses enfants à tout moment et ce, sans devoir disposer d'une attestation de déplacement (actuellement dans le cadre d'un couvre feu).

Les policiers et les gendarmes sont formés à ces situations d'urgence.

 

 

Les dispositifs destinés à protéger les femmes victimes

de violences conjugales ainsi que leurs enfants

demeurent actifs et opérationnels.

(Ces dispositifs sont là pour écouter, secourir et protéger

les personnes victimes de violences à l'intérieur du foyer).

 

 

Je vous mets ci dessous, en focus, 

un rappel des dispositifs d'alerte et de secours :

 

 

1 - Vous pouvez contacter le 17 ou Utiliser le 114 par SMS

 

5 Violences Confinement • 1080 x 1080 PX.jpg

 

Pour un conseil, une orientation ou un signalement d'actes de violences :

 

 

2 – Violences sexistes et sexuelles :

 

 

- Vous pouvez appeler le 3919 (Il s'agit d'un numéro gratuit et anonyme à destination des victimes de violences sexistes et sexuelles, de leur entourage et des professionnels concernés, fonctionnant du lundi au vendredi de 9h00 à 22h00 ainsi que les samedis, dimanches et jours fériés de 9h00 à 18h00)

 

 

- Vous pouvez signaler votre situation sur internet via la plate forme dédiée

qui fonctionne tous les jours sans exception, 24h/24h

avec un tchat non traçable.

 

 

 

Plate forme : https://www.arretonslesviolences.gouv.fr/

 

 

Le tchat gratuit : http://www.commentonsaime.fr/

 

  

 

- Vous pouvez télécharger l'application "APP-ELLES" : https://www.app-elles.fr/

 Cette application permet d'alerter jusqu'à 3 contacts de confiance.

6 Violences Confinement • 1080 x 1920 PX.jpg

 

3 - Handicap et victime de violences :

 

  

Si vous êtes une femme en situation de handicap et victime de violences,

vous pouvez prendre contact avec :

   

 

- le 01 40 47 06 06 (Permanences le lundi de 10h00 à 13h00

et de 14h30 à 17h30 ainsi que le jeudi de 10h00 à 13h00),

 

   

- l'application Roger Voice

   

 

- via le site web https://solidaritefemmes.org/

 

  

 

4 - Enfant victime :

 

  

Si vous êtes un enfant victime de violences,

appelez le 119 (appel gratuit 24h/24h, 7j/7)

 

  

 

5Fiches récapitulatives des dispositifs d'aide,

de secours et d'accompagnement :

 

 

 

Vous pouvez télécharger ici une fiche récapitulative des dispositifs d'aide,

de secours et d'accompagnement en français et anglais :

 

 

 

En français :

 Fiche-crise-sanitaire-violences-faites-aux-femmes-12-novembre-2020.pdf

 

  

 

En anglais :

 EN_Fiche_-_crise_sanitaire_-_violences_faites_aux_femmes_-_12_novembre_2020.pdf

 

   

 

6 - Alerte Pharmacie :

 

   

Toute personne victime a également la possibilité de se signaler

à tout moment et sans attestation auprès de leur pharmacien

qui contactera les forces de l'ordre

(dispositif « alerte pharmacie » dont on a moins connaissance mais qui existe !).

 

   

Chaque victime ou chaque proche de victime (famille, amis, voisins, collègues…)

peuvent en effet alerter un pharmacien à tout moment.

 

  

Afin de prendre en charge au plus vite les victimes,

les forces de police et de gendarmerie ont reçu consignes du ministère de l'intérieur

d'intervenir en urgence pour les appels provenant des pharmacies.

 

 

 

7 – CIDFF :

 

   

Il existe également des centres d'information des droits des femmes

et des familles (CIDFF) qui maintiennent leur permanence

à destination des victimes de violences

(il y a une centaine de centres actuellement).

 

 

Retrouvez la liste de ces centres d'information sur les droits des femmes et des familles

présents sur tout le territoire, en France métropolitaine

et en Outre-mer via le site :

 

https://fncidff.info/les-cidff/103-cidff-a-votre-service/

 

  

8Numéros divers :

 

 

0800 05 95 95 – SOS Viols Numéro gratuit

destiné aux femmes victimes de viol ou d'agressions sexuelles,

à leur entourage et aux professionnels concernés

 

 

0801 90 19 11- Auteurs de Violences :

Numéro national de prévention

destiné aux auteurs de violences

 

 

 

 

A force d'enfermements contraints et répétés,

de télé-travail à durée indéterminée

(enfants ou pas en plus à gérer),

mais aussi d'autorisations de sortie limitées

par un couvre-feu obligé pour à la base, rappelons-le,

se protéger côté santé, on en perd pourtant la moitié.

 

 

Et si on est mal en soi déjà seul, il est fort probable que le conjoint lui aussi

n'en souffre pas de son côté. Pire, on projette sur lui ses propres difficultés.

Difficile dans ce cas de l'en épargner…

 

 

Alors, même si on traverse la même situation, pour autant,

il se peut que l'un des deux puisse la traverser d'une autre manière

selon son vécu et expériences passés.

D'où l'importance de toujours communiquer !

Car si la communication n'est plus activée, le point de non-retour est hélas amorcé.

 

 

 

L'envie de partir (parce que l'autre ne nous fait plus du bien

sur notre santé mentale ou physique voire les deux) peut alors devenir

notre seule et unique pensée tout en étant confinés…

Les crises ne peuvent dans ce cas qu'éclater.

 

 

Aujourd'hui dans notre société, beaucoup de couples se mettent ensemble

pour de mauvaises raisons et/ou pour des blessures intérieures non réglées.

 

 

Si un couple est incapable de passer de bons moments chez lui

durant un temps donné,

quelques questions méritent en urgence d'être posées.

 

 

Quand on est en couple, on doit pouvoir passer des moments ensemble

sans les subir et au contraire, s'en réjouir. Confinement ou pas…

 

 

Le couple devrait même en être heureux ; celui de voir dans cette opportunité,

cette « pause » obligée, de pouvoir être chez soi et de profiter de doux moments

sur fond de complicité.

 

 

 

Qui n'a jamais rêvé  pendant qu'il travaillait

d'être chez lui lové dans son canapé ?

Et si en plus, c'est avec son amoureux(se), on ne devrait jamais se sentir

contraint, forcé et malheureux !

Si tel est le cas, le problème n'est pas d'être enfermés.

L'origine est ailleurs.

Lien social ou pas…

 

 

Ce en quoi, il est un constat plus inquiétant car on a l'impression

que si ce lien social nous est enlevé, le couple ne peut pas fonctionner

sans cette béquille extérieure

et risque même pour beaucoup d'exploser !

En d'autres mots, il apparaît qu'on ait besoin d'aller chercher

ou puiser à l'extérieur ce que le couple

est en incapacité de nous apporter.

 

 

Pourtant la base d'un couple qui unit,

c'est bien l'amour de deux personnes.

Deux personnes qui veulent plus que tout être ensemble

pour construire et s'épanouir à travers mutuellement avec leur moitié…

Un couple créé donc un monde à lui seul.

 

 

Si chacun des deux s'aime assez pour exister,

l'autre (qui je rappelle au départ doit être un choix

et jamais un besoin à combler) ne vient que le révéler,

le grandir et le sublimer.

Il ne doit pas lui permettre de se perdre, de se défouler au travers de tensions

ou de stress qu'il ne sait pas gérer et encore moins régler...

 

 

Alors quelle est la solution : Thérapie ou Rompre ?

 

 

C'est en cela que la pandémie ouvre les yeux sur l'illusoire

 et soyons convaincus : le Prince charmant n'existe pas !

C'est même l'excuse parfaite car la réalité est hélas plus simple.

Elle ne fait que précipiter ce qui, en arrière plan malheureusement,

macérait déjà depuis un moment.

 

 

Ainsi, crise sanitaire ou pas, même si le confinement est en soi une épreuve,

il est un fait avéré, les couples à problèmes

(ou unions nées de mauvaises raisons) subissent

simplement les affres de leurs fondations inexistantes ou inachevées.

 

 

L'équilibre d'un couple se trouve en lui seul et lui seul.

Et seule, la vérité portée sur lui même le fait avancer…

Encore faut-il savoir prendre de la hauteur pour le réaliser

à défaut de se l'avouer !

 

 

Ne pas agir rapidement en conséquence peut aggraver la situation

(si on veut encore la sauver).

A défaut, elle peut générer par exemple un effet boomerang dès la rentrée,

sitôt les vacances terminées, sur le fond illusoire d'une liberté

grâce à ce sacro-saint lien social retrouvé.

 

 

Pourtant, il n'est nul besoin d'un refuge à l'extérieur pour accepter

ce qui ne peut être changé car il est indépendant de notre volonté.

 

 

Comme l'a dit Paul Valéry : « La liberté est un état d'esprit ! »

 

 

Autrement dit : Un confinement en dépit de ses contraintes et restrictions

peut tout à fait permettre de s'ouvrir sur d'autres choses et même

nous donner l'occasion d'apprendre à nous réinventer voire en profiter.

 

 

La liberté de choisir et de faire...

Peu importe les murs érigés, un état d'esprit se travaille

et fera toujours pousser ce que l'on y sème…

Faut-il encore "l'accepter" pour justement "permettre".

 

 

Permettre ainsi à nos pensées (parasitées et brouillées

par manque et/ou soif de libertés d'un collectif) de s'ouvrir

à mille opportunités individuelles dès lors que notre esprit apprend

"dans ce nouvel état" à regarder, créer et voyager…

 

 

La dépendance du lien social est tellement partout et autour de nous

qu'elle nous en fait très souvent oublier notre univers personnel

et nous déconnecte de notre propre liberté individuelle.

 

 

Nous avons pourtant toujours le choix :

 

Le choix d'être nos choix pour une fois.

Le choix de se poser.

Le choix de respirer.

Le choix de ne plus penser qu'à soi.

Le choix d'être ici et maintenant.

Le choix d'apprendre à regarder.

 

Le choix de voir enfin "l'autre"

dans la bienveillance et la tendresse

est déjà le 1er pas d'une liberté retrouvée.

 

 

Une liberté dans sa tête pour profiter pleinement - et enfin -

grâce à ce temps disposé - d'un joli voyage annoncé...

 

 

 

« Peu importe les murs Mon Amour,

si tu es à mes côtés ... »

 

unnamed (4).gif

 

Et vous, mes Anges, quel a été votre choix ?

 

Prenez bien soin de vous,

il semblerait que la lumière peu à peu revienne !

 

 

 

 veronique-plus.gif

 

 

© 2021 - VP - On ne joue pas avec les sentiments 

 

 



17/05/2021
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 48 autres membres