Julien Clerc - APERTO LIBRO NULLA DIES SINE LINEA

APERTO LIBRO NULLA DIES SINE LINEA

APERTO LIBRO NULLA DIES SINE LINEA

Julien Clerc


Les Souvenirs - Julien Clerc (Album "Fou, Peut-être")

Les souvenirs
Sont un peu comme ces voyages
Que l'on fait seul et sans partage
Au fil des ans, au cours des âges


Les souvenirs
Qui s'expriment fort et nous hantent
Et nous poursuivent et nous tourmentent
Parlant de nos amours démentes


Les souvenirs
Qui au fond de nos pensées veillent
Et qui par moment se réveillent
Rallumant en nous des merveilles


Les souvenirs
De ce temps riche et de folies
Teinté d'humour que dans la vie
On dévoile avec nostalgie


À l'âge où l'enfance revient
À pas comptés, voûté par l'âge
À l'âge où le mot lendemain
N'a plus cette force sauvage

Qui jadis défiait le destin


À l'heure où tout chante ou déchante
Les souvenirs restent cloués
Et lorsqu'en nos cœurs ils se plantent
Plus rien ne peut les en chasser
Plus rien ne peut les en chasser

 

Les souvenirs
Sont ces incroyables images
Qui peu à peu ont fait naufrage
Dans les eaux troubles d'un autre âge


Les souvenirs
Ils nous font mal ou nous caressent
Ils nous obsèdent et n'ont de cesse
Que de réveiller la jeunesse


Les souvenirs
Sont les cadeaux d'une mémoire
Qui nous racontent des histoires
Faites de jours roses ou noirs


Les souvenirs
Années de risques et de déboires
Espoirs déçus ou jours de gloire
D'amours ratés ou de victoires


À l'âge où l'enfance revient
À pas comptés, voûté par l'âge
À l'âge où le mot lendemain
N'a plus cette force sauvage
Qui jadis défiait le destin


À l'heure où tout chante ou déchante
Les souvenirs restent cloués
Et lorsqu'en nos cœurs ils se plantent
Plus rien ne peut les en chasser
Plus rien ne peut les en chasser


Je veux m'asseoir devant ma porte
À regarder couler les ans
Et laisser venir en cohorte
Ces choses qui me semblaient mortes
Et qui revivent avec le temps

 

 

984077_632245920198482_6917166888549196817_n.jpg


25/03/2015
0 Poster un commentaire

Mon Cœur Hélas - Julien Clerc

Parce que j'ai le cœur si gros
Qu'à peine je peux le garder
Dans ma poitrine c'est bien trop
Petit, c'est bien trop serré
Il porte le poids de la peine
Que tu lui fais endurer
Faut-il que je le reprenne
Pour me sentir plus léger

Car mon cœur hélas, je crois
Est si las de tout cela
Que plus rien ne le retient.
Voilà Qu'il ne veut plus battre en vain
Pour toi

Parce que j'ai le cœur si plein
Qu'à peine je peux le bouger
Si je le bouscule, je crains
Qu'il ne vienne à déborder
Il est rempli des sanglots
Que j'ai versés mais que faire?
Dois-je l'emmener en bateau
Et le vider dans la mer

Car mon cœur hélas, je crois
Est si las de tout cela
Que plus rien ne le retient.
Voilà
Qu'il ne veut plus battre en vain
Pour toi… Pour toi… Pour toi…
Qu'il ne veut plus battre en vain
Pour toi

Pour toi et ton cœur de pierre
Ton cœur dur comme un rocher
À qui j'ai tant voulu plaire
Qu'il a failli m'écraser

Et mon pauvre cœur mis en croix
Cloué au lit à même le bois
Non plus rien ne le retient
Voilà
Qu'il ne veut plus battre en vain
Pour toi Pour toi
Qu'il ne veut plus battre en vain
Pour toi… Pour toi…

 

                                                     

                  homme qui pleure 55.jpg



01/03/2015
0 Poster un commentaire