APERTO LIBRO NULLA DIES SINE LINEA

APERTO LIBRO NULLA DIES SINE LINEA

Jean-Jacques Goldman


Tu manques - Jean-Jacques Goldman (Album Fredericks, Goldman, Jones)

c2d4057d.gif

Y a des qualités de silence
Comme les étoffes ou le bois
Des profonds, des courts, des immenses
Des que l'on n'entend presque pas

Coule la pluie, cheveux et veste
Mouillent ce qui ne pleure pas
Marcher le long de rues désertes
Où tu me manques pas à pas

Tu manques, si tu savais
Tu manques... tant
Plus que je ne l'aurais supposé
Moi qui ne tiens pas même au vent

Prendre un taxi, tourner des pages
Féliciter, battre des mains
Faire et puis refaire ses bagages
Comment allez-vous ?, à demain

On apprend tout de ses souffrances
Moi, j'ai su deux choses, après toi :
Le pire est au bout de l'absence
Je suis plus vivant que je crois
Tu manques, si tu savais
Infiniment, tout doucement
Plus que je ne me manque jamais
Quand je me perds de temps en temps


Danger, dit-on, la lune est pleine
Est-elle vide aussi parfois ?
Invisible, à qui manquerait-elle ?
Peut-être à d'autres, pas à moi

Tu manques, si tu savais
Tu manques drôlement

Tu me manques

 

Auteur – Compositeur : Jean-Jacques Goldman

Année : 1990


12/11/2015
0 Poster un commentaire

En Passant - Jean-Jacques Goldman

picasion.com_4S1p.gif
Toutes les ébènes ont rendez-vous
Lambeaux de nuit quand nos ombres s'éteignent
Des routes m'emmènent, je ne sais où
J'avais les yeux perçants avant, je voyais tout

Doucement reviennent à pas de loup
Reines endormies, nos déroutes anciennes
Coulent les fontaines jusqu'où s'échouent
Les promesses éteintes et tous nos voeux dissous

C'était des ailes et des rêves en partage
C'était des hivers et jamais le froid
C'était des grands ciels épuisés d'orages
C'était des paix que l'on ne signait pas

Des routes m'emmènent, je ne sais où
J'ai vu des oiseaux, des printemps, des cailloux
En passant

Toutes nos défaites ont faim de nous
Serments résignés sous les maquillages
Lendemains de fête, plus assez saouls
Pour avancer, lâcher les regrets trop lourds

Déjà ces lents, ces tranquilles naufrages
Déjà ces cages qu'on n'attendait pas
Déjà ces discrets manques de courage
Tout ce qu'on ne sera jamais, déjà

J'ai vu des bateaux, des fleurs, des rois
Des matins si beaux, j'en ai cueilli parfois
En passant


16/06/2015
0 Poster un commentaire

Pas l'Indifférence - Jean-Jacques Goldman (Album Singulier)

J'accepterai la douleur,

D'accord aussi pour la peur

Je connais les conséquences

Et tant pis pour les pleurs

J'accepte quoiqu'il en coûte

Tout le pire du meilleur


Je prends les larmes et les doutes

Et risque tous les malheurs

 



Tout mais pas l'indifférence

Tout mais pas ce temps qui meurt


Ni les jours qui se ressemblent

Sans saveur et sans couleur


Tout mais pas l'indifférence

Tout mais pas ce temps qui meurt


Ni les jours qui se ressemblent

Sans saveur et sans couleur

 

 


Et j'apprendrai les souffrances

Et j'apprendrai les brûlures


Pour le miel d'une présence

Le souffle d'un murmure


J'apprendrai le froid des phrases

J’apprendrai le chaud des mots


Je jure de n'être plus sage

Je promets d'être sot

 



Tout mais pas l'indifférence,

Tout mais pas ce temps qui meurt


Et les jours qui se ressemblent

Sans saveur et sans couleur

 


Tout mais pas l'indifférence

Tout mais pas ce temps qui meurt


Et les jours qui se ressemblent

Sans saveur et sans couleur

 

 


Je donnerai dix années pour un regard
Des châteaux, des palais pour un quai de gare

Un morceau d'aventure contre tous les conforts
Des tas de certitudes pour désirer encore


Échangerais années mortes pour un peu de vie
Chercherais clé de porte pour toute folie


Je prends tous les tickets pour tous les voyages
Aller n'importe où mais changer de paysage

Et changer ces heures absentes

Et tout repeindre en couleur


Toutes ces âmes qui mentent

Et qui sourient comme on pleure

 



Tout mais pas l'indifférence

Tout mais pas ce temps qui meurt


Et les jours qui se ressemblent

Sans saveur et sans couleur

 

Tout mais pas l'indifférence

Tout mais pas ce temps qui meurt


Et les jours qui se ressemblent

Sans saveur et sans couleur

 

 

 

 

11102679_1578863319019121_4803987491970410707_n.jpg


24/04/2015
0 Poster un commentaire

Je ne vous parlerai pas d'elle - Jean-Jacques Goldman (Album Singulier)

Je vous dirai ma vie dans son nu le plus blême
Dans les matins pâlis où plus rien ne protège


Je vous dirai mes cris jusqu'aux plus imbéciles
Je vous livrerai tout jusqu'au bout de mes cils


Tous mes gestes promis, tout ce que je pense
De mes coups de colère à mes coups de romance


En toute complaisance, en toute impudeur
Compte rendu fidèle de toutes mes heures


J'avouerai tous les trucs interdits, les méthodes
Je vous dirai les clés, vous livrerai les codes


Les secrets inconnus à lire entre les lignes
Le talismans perdus, les chiffres et les signes


Mes arrière-pensées avec inconscience
Mes goûts et mes dégoûts et tous mes coups de
chance


Même sans intérêt, même un peu facile
Mes fantasmes enterrés, mes idées les plus viles


Mais je ne vous parlerai pas d'elle
Je ne vous parlerai pas d'elle


Elle est à côté de moi quand je me réveille
Elle a sûrement un contrat avec mon sommeil


Je ne vous parlerai pas d'elle
Elle est mon sol, elle est mon ciel


Elle est là, même où mes pas ne me guident pas
Et quand je suis pas là, elle met mes pyjamas


Elle est plus que ma vie, elle est bien mieux que moi
Elle est ce qui me reste quand j'fais plus le poids


Je ne vous parlerai pas d'elle...

 
Elle est à côté de moi quand je me réveille
Elle a sûrement un contrat avec mon sommeil


Elle est là, même où mes pas ne me guident pas
Et quand je suis pas là, elle met mes pyjamas


Elle est plus que ma vie, elle est bien mieux que moi
Elle est ce qui me reste quand j'fais plus le poids

 

Elle est à côté de moi quand je me réveille
Elle a sûrement un contrat avec mon sommeil

 

Je ne vous parlerai pas d'elle

 

Elle est là, même où mes pas ne me guident pas

Et quand je suis pas là, elle met mes pyjamas

 

Je ne vous parlerai pas d'elle non non non

 

Elle est plus que ma vie, elle est bien mieux que moi

Elle est ce qui me reste quand j'fais plus le poids

 

Je ne vous parlerai pas d'elle

 

 Elle est à côté de moi quand je me réveille

Elle a sûrement un contrat avec mon sommeil


Je ne vous parlerai pas d'elle

  

Elle est là, même où mes pas ne me guident pas

Et quand je suis pas là, elle met mes pyjamas

 

Elle est plus que ma vie, elle est bien mieux que moi

Elle est ce qui me reste quand j'fais plus le poids

  

Elle est à côté de moi quand je me réveille

 Elle a sûrement un contrat avec mon sommeil

 

Elle est là, même où mes pas ne me guident pas

Et quand je suis pas là, elle met mes pyjamas

 

Elle est plus que ma vie, elle est bien mieux que moi

Elle est ce qui me reste quand j'fais plus le poids

 

Elle est à côté de moi quand je me réveille

Elle a sûrement un contrat avec mon sommeil...

 

1017274_594615840586579_575318432.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 


23/04/2015
0 Poster un commentaire

Si je t’avais pas - Jean-Jacques Goldman (album Chansons pour les pieds – 2001)

Je jouerais du même harmonica
Je verrais le même arbre là-bas
Serais-je heureux sans toi ? Pourquoi pas ?
Rien que d'y penser ça me glace à chaque fois
Si je t'avais pas
Si je t'avais pas
Que serais-je, où ça ?
Ma maison c'est là
Exactement dans tes bras
J'aurais des enfants, mais pas ceux-là
Moitié moi, mais pas moitié toi
J'embrasserais, "comme ça", un peu distrait
Pas une fois, pas une, nous ne l'avons fait
Si je t'avais pas
Si c'était pas toi
Que serais-je, où ça ?
Mon pays c'est toi
Précisément dans tes bras
Bouge pas
C'est ma place à moi
Mon abri mon toit
J'habite tes bras
Là où me caressent tes doigts...

 

 

 

 

056e87ad.png


23/04/2015
0 Poster un commentaire

Envole-Moi Jean-Jacques Goldman (Album Singulier)

Minuit se lève en haut des tours
Les voix se taisent et tout devient aveugle et sourd
La nuit camoufle pour quelques heures
La zone sale et les épaves et la laideur

J'ai pas choisi de naître ici
Entre l'ignorance et la violence et l'ennui
J'm'en sortirai, j'me le promets
Et s'il le faut, j'emploierai des moyens légaux

Envole-moi ...
Loin de cette fatalité qui colle à ma peau
Envole-moi ...
Remplis ma tête d'autres horizons, d'autres mots
Envole-moi

Pas de question ni rébellion
Règles du jeu fixées mais les dés sont pipés
L'hiver est glace, l'été est feu
Ici, y'a jamais de saison pour être mieux

J'ai pas choisi de vivre ici
Entre la soumission, la peur ou l'abandon
J'm'en sortirai, je te le jure
A coup de livres, je franchirai tous ces murs

Envole-moi ...
Loin de cette fatalité qui colle à ma peau
Envole-moi ...
Remplis ma tête d'autres horizons, d'autres mots
Envole-moi

Me laisse pas là, emmène-moi, envole-moi
Croiser d'autres yeux qui ne se résignent pas
Envole-moi, tire-moi de là
Montre-moi ces autres vies que je ne sais pas
Envole-moi ...
Regarde moi bien, je ne leur ressemble pas
Me laisse pas là, envole-moi
Avec ou sans toi, je n'finirai pas comme ça
Envole-moi, envole-moi, envole-moi ...

 

6a0931d9.jpg


22/04/2015
0 Poster un commentaire

Nous ne nous parlerons pas - Jean Jacques Goldman (Album Singulier)

J'ai bien reçu tous vos messages
Je vous ai lu page après page
Je sais vos hivers et vos matins
Et tous ces mots qui vous vont si bien

 

En quelques phrases en quelques lettres
Il me semble si bien vous connaître
On écrit bien mieux qu'on ne dit
On ose tout ce que la voix bannit

 

Mais vous désirez me rencontrer
Et moi, j'ai si peur de tout gâcher
Nos confessions, nos complicités
Comment garder tout ça sans rien casser

 


Nous ne nous parlerons pas
Nous oublierons nos voix
Nous nous dirons en silence
L'essentiel et l'importance
Utilisons nos regards
Pour comprendre et savoir
Et le goût de notre peau
Plus loquace que des mots
Nos bras ne tricheront pas
Nos mains ne mentirons pas
Mais surtout, ne parlons pas

 

 

Je connais un endroit charmant
Très à la mode et très bruyant
De ces endroits où les solitudes
Se multiplient dans la multitude

 

On n'a qu'une envie, c'est d'en sortir
Vous n'aurez besoin que d'un sourire
Je comprendrai qu'il est déjà tard
Nous irons boire un verre autre part

 

 

Nous ne nous parlerons pas
Nous oublierons nos voix
Nous nous dirons en silence
L'essentiel et l'importance
Utilisons nos regards
Pour comprendre et savoir
Et le goût de notre peau
Plus loquace que des mots
Nos bras ne tricheront pas
Nos mains ne mentirons pas
Mais surtout, ne parlons pas

 

Nous ne nous parlerons pas
Nous oublierons nos voix
Nous nous dirons en silence
L'essentiel et l'importance

 

Tes bras ne tricheront pas
Tes mains ne mentirons pas
Mais surtout, ne parlons pas

Nous ne nous parlerons pas.

 

 

10924686_1749643405261558_3616059133013093215_n.jpg



22/04/2015
0 Poster un commentaire